Coupes d'Europe : ça passe pour Aix et Marseille

Mardi 3 Octobre 2017 - 16:45

Après l’élimination de Strasbourg, dès le 1er tour qualificatif de la Ligue des Champions, trois autres formations tricolores étaient engagées le week-end dernier pour tenter de poursuivre leur épopée européenne. L’aventure continue pour Marseille et Aix-en-Provence.

L’EXPLOIT MARSEILLAIS

Obligé de passer par le deuxième tour de qualification de la Ligue des champions malgré le titre national (le 37ème de son histoire, ndlr) décroché en juin dernier, le Cercle des Nageurs de Marseille était loin de partir favori dans un groupe très difficile comprenant les Italiens des Canottieri de Naples, les Grecs de Glyfada et les Hongrois de l’OSC Budapest. Et pourtant… Opposés pour leur entrée en matière à une formation transalpine où l’on reconnaissait le « bronzé » de Rio, Alessandro Velotto, les Phocéens n’allaient effectivement pas tarder à montrer qu’ils étaient bien décidés à vendre chèrement leur peau. Répondant du tac au tac aux Napolitains, Alexandre Camarasa et ses coéquipiers parvenaient à arracher le match nul (11-11) à onze secondes de coup de sifflet final par l’intermédiaire d’un des nouveaux venus de l’intersaison, le Néerlandais Brian Hoepelman. Opposés le lendemain à Glyfada, battue par Naples et Budapest, les Marseillais ne laissaient pas passer l’occasion qui leur était offerte de rester en course pour l’une des deux premières places du groupe, synonymes de qualification pour le tour suivant. A égalité avec leurs adversaires à l’entame du dernier quart temps (8-8), les hommes de Paolo Malara réalisaient, en effet, une fin de match tonitruante pour s’imposer 13 à 10. Un succès très important certes, mais finalement insuffisant, puisque les Phocéens devaient faire au moins match nul face à leurs hôtes de l’OSC Budapest lors de l’ultime rencontre du week-end pour décrocher le précieux sésame. Conscients de l’enjeu et mis sur de bons rails par Scepanovic qui stoppait un penalty dès la 2ème minute de jeu, les Marseillais réussissaient l’entame parfaite pour mener 4 à 1 en fin de première période et encore 7 à 4 à l’annonce du dernier quart temps. Malgré un ultime sursaut des Hongrois, force restait au Cercle (8-7) qui décrochait non seulement un succès de prestige, mais surtout la première place du groupe ! Prochain rendez-vous le 14 octobre à Marseille face aux Jadran Herceg Novi (retour le 18 octobre au Monténégro).

(Photo : Máté Balogh).

MARZOUKI EN GRANDE FORME

Egalement sur le pont ce week-end avec le Sintez Kazan, l’international tricolore Mehdi Marzouki (5 buts en trois matches) a largement contribué à la qualification de son nouveau club pour le tour suivant où les Russes affronteront les Italiens de Brescia (match aller en Russie).

Mehdi Marzouki sous les couleurs de l'équipe de France (KMSP/Stéphane Kempinaire).

AIX OK, MONTPELLIER KO !

Hasard du tirage au sort, le Pays d’Aix Natation (5ème du championnat de France 2016-17) et Montpellier Water-Polo (3ème) se retrouvaient dans le même groupe lors du 1er tour de qualification de l’Euro Coupe. Avec un bilan de deux victoires (15-9 face à Amersfoort et 13-10 face à Postdam) pour trois défaites (14-9 face à Aix-en-Provence, 23-7 et 19-5 respectivement contre Ferencvaros et Vérone), les Héraultais, cinquièmes, sont éliminés dès leur entrée dans la compétition alors que le PAN, comme la saison passée, disputera le deuxième tour.

ENTRETIEN AVEC ALEXANDRE DONSIMONI

Avant même ce tour de coupe d’Europe, on a beaucoup parlé d’Aix cet été avec un mercato pour le moins surprenant puisqu’il enregistrait notamment l’arrivée d’Ugo Crousillat, auréolé de son titre de champion d’Europe avec son ancien club de Szolnok.

Votre formation s’est renforcée cet été. Comment abordez-vous ce nouvel exercice ?

C’est vrai que l’arrivée d’Ugo à Aix est un événement. Pour le club, mais aussi pour l’ensemble du water-polo tricolore. Très sincèrement, je n’y croyais pas beaucoup quand on a cherché un gaucher et qu’on est entré en contact avec lui. Mais il a été séduit par le projet du PAN. Son arrivée a largement contribué à celle de notre nouvelle pointe, Milos Vukicevic, qui jouait lui aussi l’an passé dans le championnat hongrois (à Szeged). Pour Shiga, c’est autre chose. En fait, je suis de très près l’équipe nationale japonaise dont Mitsuaki, joueur polyvalent par excellence, est la clé de voute. Il avait déjà joué en Europe, à Mornar, il y a deux saisons, et cherchait à revenir. On a trouvé un bon terrain d’entente. Avec le « retour » d’Enzo Khasz remis je l’espère définitivement de ses soucis d’épaule et les « anciens » (Noyon, Saux, Veron, Lothmann, Chauffour, Vandermeulen et De Lera), on a une équipe plus forte que l’année dernière.

Et cela s’est vu dès ce premier tour de coupe d’Europe ou le PAN est parvenu à s’extirper d’un groupe difficile.

Dans ce groupe, on considérait que Postdam et Amersfoort étaient un cran au-dessous et que Ferencvaros, Vérone (le club où évolue l’international français Romain Blary, ndlr) et le Jadran Split étaient difficilement manœuvrables. Restait donc Montpellier qu’on a joué dès le premier jour alors qu’il leur manquait Delas, leur pointe, et Fabien Vasseur, leur entraîneur, tous les deux suspendus. C’était une opportunité à ne pas rater et on a su la saisir. Pour les autres rencontres (1), on a fait ce qu’on avait à faire, en préservant aussi nos forces pour le championnat qui débute samedi. Il serait quand même temps que la Ligue Européenne de Natation revoit ces tours préliminaires de coupes d’Europe où on joue six matches en cinq jours. C’est le seul sport au monde qui impose pareil rythme à ses athlètes.

(D. R.)

Est-ce que l’Eurocup est un objectif pour la PAN ?

On joue le championnat à fond chaque année pour décrocher une place en coupe d’Europe. Donc je ne peux pas dire que ce n’est pas un objectif… même si on sait qu’on ne va pas la gagner ! On est conscient d’être les représentants du water-polo français et à ce titre, on se doit d’aller le plus loin possible dans la compétition. Pour le prochain tour (2), en dehors de Vérone qu’on va rejouer, je pense que les Russes (Shturm) sont à notre portée et que les Hongrois de Miskolci sont « abordables ». Je ne cache pas que je compte beaucoup sur le fait qu’on joue à domicile pour réaliser une grosse performance !

Recueilli par Jean-Pierre Chafes

(1) Victoires 14-9 contre Montpellier, 18-7 Contre Amersfoort, 19-5 contre Postdam – Défaites 18 -10 contre Ferencvaros, 13-4 contre Vérone et 9-5 contre Jadran Split.

(2) Il se déroulera du 13  au 15 octobre à Aix-en-Provence (piscine de Venelles).