Jeudi 17 Novembre 2016 - 11:30

Inauguré en septembre 2015, le plan Gavroche 2024 vise à soutenir l’éclosion des futurs talents de la natation tricolore. Un plan d’accompagnement qu’a accepté de nous détailler Jean-Lionel Rey, directeur adjoint de la natation.

Jean-Lionel, comment le plan Gavroche a-t-il vu le jour ?

Le projet Gavroche s’inscrit dans la continuité du plan Tokyo 2020 qui avait atteint ses limites car il y avait beaucoup de monde et pas assez de moyens engagés. A titre personnel, j’avais à cœur que l’on accompagne davantage nos nageurs. Or c’était difficilement envisageable dans le cadre de Tokyo 2020.

De quelle manière est organisé Gavroche ?

Le projet s’organise sur trois niveaux : un national, qui s’inscrit dans la continuité du plan Tokyo 2020 et sur lequel la direction technique nationale est le véritable maître d’œuvre, un régional, pour lequel nous avons l’ambition de synchroniser l’ensemble des démarches entreprises dans les Comités régionaux afin d’améliorer la détection, et un dernier échelon au niveau des interrégions qui doit permettre de faire le lien entre les actions nationales et régionales.

Peut-on donc considérer que Gavroche vise à établir un maillage du territoire afin de ne pas laisser échapper de futurs talents ?

Nous avons bien évidemment à cœur de repérer les nageurs qui composeront l’équipe de France de demain et de les accompagner vers le haut niveau, mais pas seulement. Avec Gavroche, nous voulons aussi créer un collectif de nageurs et d’entraîneurs qui travaillent et bâtissent ensemble un esprit d’équipe. A ce titre, et comme cela se faisait déjà dans le cadre de Tokyo 2020, nous avons décidé d’associer à notre action d’anciens nageurs de l’équipe de France.

Combien de nageurs ont intégré le collectif Gavroche ?

Pour l’heure, nous avons identifié vingt-six potentiels.

Sur quels critères s’est opérée la détection ?

Initialement, ils devaient remplir des critères de sélection aux championnats de France de Montpellier (avril 2016), mais depuis nous avons revu notre copie. A l’avenir, nous voulons davantage nous appuyer sur les résultats enregistrés en compétition internationales, notamment le Festival Olympique de la Jeunesse Européenne (FOJE), les championnats d’Europe et du monde juniors, pour intégrer de nouveaux nageurs dans le collectif Gavroche.

Qu’est-ce qui a motivé cette évolution ?

Nous voulions un système plus humain qui laisse le droit à l’erreur. Une grille de performances est par essence trop rigide. Quand on accompagne, il faut accepter l’échec ! L’erreur fait partie de la progression, c’est d’autant plus vrai chez de jeunes athlètes qui découvrent le haut niveau. Je crois d’ailleurs que si nous avons perdu certains potentiels par le passé, c’est en partie parce que nous n’avons pas suffisamment accompagné les contre-performances.

Recueilli par Adrien Cadot

 

Le saviez-vous ?

La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir

À lire aussi

https://www.ffnatation.fr/sites/default/files/styles/block316x210/public/fields/sport/banner/actu_banner.jpg?itok=0p7idtCuhttps://www.ffnatation.fr/sites/default/files/styles/block316x210/public/fields/sport/banner/actu_banner.jpg?itok=0p7idtCuhttps://www.ffnatation.fr/sites/default/files/styles/block316x146/public/fields/sport/banner/actu_banner.jpg?itok=1YjPnu5_
Natation Course
https://www.ffnatation.fr/sites/default/files/styles/block316x210/public/fields/page/banner/actu_banner_2.jpg?itok=nJ1MxlRMhttps://www.ffnatation.fr/sites/default/files/styles/block316x210/public/fields/page/banner/actu_banner_2.jpg?itok=nJ1MxlRMhttps://www.ffnatation.fr/sites/default/files/styles/block316x146/public/fields/page/banner/actu_banner_2.jpg?itok=G_aZzvOv
La santé
https://www.ffnatation.fr/sites/default/files/styles/block316x210/public/fields/sport/banner/sk2_0857.jpeg?itok=l4tsfXafhttps://www.ffnatation.fr/sites/default/files/styles/block316x210/public/fields/sport/banner/sk2_0857.jpeg?itok=l4tsfXafhttps://www.ffnatation.fr/sites/default/files/styles/block316x146/public/fields/sport/banner/sk2_0857.jpeg?itok=K9EsyqFL
Eau Libre
Partenaires Officiels