Bilan prometteur pour Marion Joffle | Fédération Française de Natation
Partager
Mardi 11 Février 2020 - 08:15

La nageuse de l’Entente nautique de Caen vient d’achever une belle semaine aux Championnats du monde de nage en eau glacée à Bled, en Slovénie. A seulement 20 ans, elle est montée dix fois sur le podium et signe de nouveaux records personnels dont un mondial. Une compétition rondement menée alors que la jeune femme n’a repris l’entraînement qu’il y a trois semaines à cause d’une grippe.

En cinq jours de compétition, elle aura plongé pas moins de quatorze fois dans le lac de Bled ! Pour ces championnats du monde de nage en eau glacée en Slovénie, Marion Joffle était engagée sur dix courses. Côté longue distance, elle s’est alignée sur le 1 000 et le 450 m nage libre. Pour la brasse, elle a pris part au 200, 100, 50 et 25 m brasse. Ainsi qu’à deux épreuves de sprint : le 25 m nage libre et le 25 m papillon. Elle a également participé aux deux relais, le 4x25 m brasse et le 4x25 m nage libre. Et il faut rajouter à cela quatre super finales ! Bref, un vrai parcours du combattant pour la Caennaise tout juste sortie d’une grippe. Elle a dû puiser dans ses réserves pour aller au bout de ces Mondiaux. Et cela a payé ! Au total, la nageuse de 20 ans est montée dix fois sur le podium (en comptant les quatre super finales où seuls les premiers sont récompensés d’une bouteille, ndlr). Elle repart tout de même avec sept médailles ! Et une envie folle de travailler sur ses points faibles avec son coach Mathias Faride pour toujours plus progresser. Retour sur une semaine éprouvante, mais très prometteuse.

(Photo : Florent Schneider)

Comme tous les athlètes engagés sur les distances de plus de 200 mètres en eau glacée, la semaine de Marion a commencé par un « medical check ». Un électrocardiogramme et une prise de sang étaient à fournir par les athlètes. A peine 10 minutes avec un médecin pour prendre la tension et répondre à quelques questions et la jeune femme sort tout sourire : « C’est parfait, je suis en forme ! » Cela tombe bien, les Mondiaux vont commencer sur les chapeaux de roues. Le lendemain, rendez-vous 10h30 pour sa première épreuve et non des moindres : le 1 000 m nage libre. « Cela va être compliqué car il y a beaucoup de bonnes nageuses cette année », nous confiait-elle avant la compétition. Elle n’en a peut-être pas conscience, mais Marion en fait bel et bien partie. Pour cette épreuve réalisée en open water, la Française prend une très belle 3e place avec un temps finish de 14’25, derrière ses fidèles concurrentes, l’Allemande Alisa Fatum et la Polonaise Hanna Bakuniak. « Avec mon manque d’entraînement, c’est un super début ! Je suis partie trop vite et j’ai failli le payer. J’ai accéléré après la dernière bouée et tout donné jusqu’à la ligne d’arrivée. Cela s’est joué au mental ». De bon augure pour la suite de la compétition.

(Photo : Florent Schneider)

Le lendemain, Marion est engagée sur le 25 m papillon et le 100 m brasse, sa spécialité. Pour cette première épreuve dans le bassin, elle monte sur la 3e marche du podium dans sa catégorie (20-29 ans) avec un temps de 15’81. En super finale, elle explose son chrono et signe un nouveau record personnel en 15’30. Puis vient le tour du 100 m brasse où, là aussi, elle bat de nouveau son temps. En Russie, à Mourmansk, elle avait nagé 1’24’59. A Bled, elle a tapé la plaque à 1’21’69. La grippe semble définitivement derrière la jeune prodige qui monte sur la seconde marche du podium. « Certes l’eau est beaucoup plus chaude qu’en Russie (entre 5 et 6 degrés contre 0 degré à Mourmansk, ndlr), mais ça fait super plaisir », commente-t-elle sur son compte Facebook. Une attitude positive qui lui réussit bien et que la jeune femme va garder toute la semaine, malgré la fatigue accumulée.

(Photo : Florent Schneider)

Les intempéries du début de semaine ont laissé place à un beau soleil sur le lac de Bled. Mais pour son troisième jour de compétition, Marion Joffle a une petite mine. Et pour cause. Elle a été malade toute la nuit. « Peut-être la grippe qui revient… », s’inquiète sa maman Isabelle, toujours là pour la soutenir. Rien ne va pourtant arrêter celle qui se fait surnommer le pingouin. En début de matinée, elle remporte le 50 m brasse avec un temps impressionnant de 37’24 et signe au passage un nouveau record du monde absolu. Elle a longuement hésité à s’aligner sur le 450 m nage libre, puis a cédé à l’envie de nager. Elle a bien fait. Pour sa seconde épreuve en eau libre des championnats, la Française monte sur la seconde marche du podium après 6’28 de course. Impressionnante. « Je devrais avoir de la fièvre plus souvent », lance-t-elle ironique, au sortir de l’eau.

(Photo : Florent Schneider)

La semaine de Marion s’est poursuivie avec un nouveau titre de championne du monde sur le 25 m brasse, remporté en 17’58. Le manque d’énergie commence à se faire ressentir, mais la nageuse de l’extrême continue « au mental ». Elle termine troisième de sa catégorie sur le 200 m brasse en 3’06’03. « Je n’avais plus de jus, je l’ai senti dès le premier 50 ». Sur ces deux épreuves, elle améliore tout de même ses temps personnels et signe au passage deux nouveaux records de France. Les Mondiaux se terminent par une 8e place sur le 25 m nage libre, « une épreuve vraiment pas faite pour moi ! J’ai le meilleur départ, mais je suis la dernière à toucher », s’amuse-t-elle en débriefant avec les autres nageurs Français. C’est d’ailleurs avec ses amis de l’Hexagone qu’elle finira la semaine « dans la joie et le fun ». Un premier relais en brasse et un second en crawl. Pas de podium pour cette fois-ci, mais une équipe de plus en plus soudée prête à performer dans deux semaines aux championnats de France à Samoëns. « Et surtout à prendre du plaisir ! », rajouterait la pétillante Marion Joffle.

A Bled, Chloé Joudrier

Actualités

Dimanche 16 Février 2020 - 10:00
Samedi 15 Février 2020 - 16:30
Vendredi 14 Février 2020 - 14:45

Le saviez-vous ?

Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904

À lire aussi

Partenaires Officiels