Un Nobel dans le bain | Fédération Française de Natation
Partager
Lundi 19 Août 2019 - 15:15

Quand le numéro 971 a franchi la ligne d’arrivée du 1000 mètres de la Traversée du lac d’Annecy en 217ème position, cela aurait dû être dans l’anonymat quasi général. Sauf que… Gérard Mourou, puisque tel est le nom de cet alerte septuagénaire, n’est autre que le Prix Nobel de Physique 2018 ! Une participation pour le moins surprenante qui n’était cependant pas la première pour celui qui est né à quelques kilomètres du lac, dans la cité olympique d’Albertville. « Je fais la Traversée depuis 2012. Les premières fois, j’ai même participé au 2,4 kilomètres, mais l’âge venant, je me suis dit qu’il était plus raisonnable de me limiter au 1000 mètres. Surtout cette année où je n’ai quasiment pas pu m’entraîner avec les nombreuses sollicitations auxquelles j’ai dû répondre après le Prix », explique dans un sourire le spécialiste des impulsions optiques (laser). Normalement, Gérard Mourou fréquente tous les jours la piscine de l’Ecole Polytechnique, où il dirige le Laboratoire d’Optique Appliquée. « Une bonne demi-heure. J’ai besoin de ça. C’est très important pour mon équilibre mental. Quand je nage, je ne pense plus à grand-chose ».

Comme un champion, le prix Nobel de physique 2018, Gérard Mourou, répond aux sollicitations des médias à l’issue de septième Traversée du lac d’Annecy (JP Chafes).

C’est d’ailleurs dans le bassin de la prestigieuse institution que le scientifique a rencontré une certaine Roxana Maracineanu. « Elle donnait des cours de natation aux Polytechniciens ». Attentif aux conseils prodigués par la nouvelle Ministre des Sports, le Nobel respecte également la sportive de haut niveau qu’elle a été. « J’ai beaucoup d’admiration pour les champions, quel que soit le sport qu’ils pratiquent. Ils se fixent tout le temps des objectifs et je suis convaincu que c’est nécessaire pour avancer dans la vie ». D’ailleurs avant de rejoindre sa famille venue l’encourager, Gérard Mourou cherche à connaître son temps. 27’48’’72 ! C’est pas mal ? « Oui, mais j’essaie de progresser chaque fois et je vois plutôt que je régresse ». Pour une fois, le physicien s’est pourtant trompé dans ses calculs. Lors de la précédente édition, il avait en effet bouclé la distance en 28’21’’. Mais nul doute qu’on le retrouvera l’an prochain au départ de la Traversée du lac. Pour démontrer qu’on peut avoir la tête et les jambes !

A Annecy, Jean-Pierre Chafes

Actualités

Lundi 2 Septembre 2019 - 11:45
Lundi 19 Août 2019 - 15:15
Vendredi 16 Août 2019 - 11:15

Le saviez-vous ?

La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015

À lire aussi

Partenaires Officiels