Les trois coups pour Serre-Ponçon | Fédération Française de Natation
Partager
Vendredi 17 Juillet 2020 - 09:30

Pour leur première organisation d’une compétition d’eau libre, les Dauphins embrunais auront également l’honneur d’ouvrir l’EDF Aqua Challenge 2020. Histoire, site, parcours, Laurence Criscuolo, la présidente du club haut alpin, nous livre tous les petits secrets de la Traversée de Serre-Ponçon, entre Embrun et Savines-le-Lac.

Malgré un magnifique plan d’eau à disposition avec le lac de Serre-Ponçon, l’eau libre n’existait pas au sein des Dauphins embrunais. D’où est venu cet intérêt soudain pour une discipline que vous auriez pu pratiquer depuis longtemps ?

Bien que Jean-Luc Menis, le vice-président du club, fasse de temps en temps des sorties natation avec des copains sur le lac et que le fameux Ironman d’Embrun se déroule depuis le début des années 1980 sur le plan d’eau d’Embrun, juste séparé du lac par une digue, c’est vrai qu’on n’avait jamais eu l’idée avec le club de s’y entraîner ou simplement d’aller y nager. Mais c’est l’arrivée comme entraîneur de Guillaume Chantreuil, un ancien nageur des Vikings de Rouen qui avait fait pas mal d’eau libre dans sa carrière, qui a été le véritable déclencheur.

Et vous vous êtes lancés dans l’aventure…

Oui. L’an dernier, une petite délégation des Dauphins Embrunais a participé à la Monte-Cristo. On était neuf, quatre jeunes et cinq adultes, qui faisions nos débuts en eau libre. On a trouvé ça tellement bien qu’on a acheté des bouées et que depuis le mois de juin, c’est-à-dire dès qu’on a pu accéder aux plages, on propose deux séances (de 9 adultes et 9 enfants) deux jours par semaine. Mais sur le plan d’eau d’Embrun, là où se déroule l’épreuve de natation de l’ironman. La communauté de communes va très prochainement y baliser un circuit pour l’eau libre et même installer des casiers pour qu’on puisse laisser nos affaires en toute sécurité !

(Photo : Laurence Criscuolo)

La suite logique a été l’organisation d’une épreuve qui a d’ailleurs intégré l’EDF Aqua Challenge, la Traversée de Serre-Ponçon. Parlez-nous un peu de votre nouveau terrain de jeu ?

Le lac de Serre-Ponçon est un lac artificiel créé au début des années 1960 et alimenté par les eaux de la Durance et de l’Ubaye. Depuis, le Syndicat mixte d’aménagement et de développement de Serre-Ponçon a réalisé l’assainissement du lac et aménagé les rives avec la création de plages ou d’installations portuaires, par exemple. Ce qu’il faut savoir aussi c’est qu’il s’agit d’un lac de marnage, c’est à dire dont le niveau d’eau, régulé par un barrage, varie en fonction des saisons. Globalement, on peut y nager ou y pratiquer d’autres activités nautiques de fin mai à fin août, quand il est au maximum de sa côte.

Vous pouvez nous en dire plus sur les parcours ?

Le village de l’EDF aqua Challenge sera installé sur Savines-le-Lac. C’est de là que seront donnés le départ du 500 mètres et celui de la boucle de 1,5 kilomètre à parcourir deux fois pour le 3 bornes. Le 5 kilomètres partira d’Embrun, là où la Durance se jette dans le lac. Les concurrents seront transportés jusqu’au départ soit en bus avec lequel ils emprunteront une partie du circuit vélo de l’ironman qui est en balcon sur le lac, soit avec un bateau promenade. L’arrivée est fixée sur le village à l’autre bout du lac, mais il y a des tas d’autres possibilités, avec des parcours complètement différents. On peut même faire un 10 bornes.

(Photo : Laurence Criscuolo)

A quoi doivent s’attendre les concurrents en termes de température de l’eau ?

Cette semaine, l’eau était à 20° et elle peut monter jusqu’à 24° avec des variations selon l’endroit où on se trouve. Elle est évidemment plus fraiche là où les torrents se jettent dans le lac.

Et pour la sécurité sur le parcours ?

Le SDIS et la Croix Rouge seront bien évidemment présents pour assurer la sécurité. Sur l’eau, on a prévu une vingtaine de kayaks et plusieurs bateaux dont quatre électriques qu’on loue au club de voile.

A quelques jours de votre première organisation, êtes vous satisfait de l’évolution des inscriptions ?

Oui, ça a plutôt bien démarré. Les clubs de la région, Gap, Manosque, Briançon, L’Argentière ont répondu présents. Il y a aussi une belle délégation d’Istres et des nageurs italiens.

Recueilli par Jean-Pierre Chafes

Retrouvez toutes les informations pratiques sur le site : www.edfaquachallenge.fr

Le saviez-vous ?

Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN

À lire aussi

Partenaires Officiels