« Ça devient concret » | Fédération Française de Natation
Partager
Mardi 15 Octobre 2019 - 14:30

En équipe de France de natation depuis l’âge de 15 ans, Marie Wattel a longtemps eu du mal à confirmer les espoirs placés en elle. Manque de confiance, stress trop important, la papillonneuse a dû attendre quatre ans avant d’avoir le déclic qui lui a permis de prendre confiance en elle. Et si désormais elle se sent capable de rivaliser avec les meilleures nageuses de la planète, vous ne la surprendrez pas pour autant à se laisser aller à un excès de confiance, ce n’est pas son genre. Confiante, mais toujours méfiante, la native de Lille poursuit sa route en direction de Tokyo, où elle rêve de monter sur le podium olympique. 

Tu as intégré l’équipe de France à 15 ans et on a longtemps senti que ton stress te jouait des tours en compétition. Quelles étaient tes sensations en arrivant sur ces grands événements ?

À Barcelone en 2013, je n’avais pas réalisé que nous étions aux championnats du monde jusqu’à ce que j’arrive derrière le plot. C’est à cet instant que je me suis rendue compte de l’importance de la compétition. À Kazan et à Rio, en revanche, j’ai rapidement senti que je n’étais pas en mesure de rivaliser avec les meilleures. 

Pour quelles raisons ?

Je n’avais pas encore réalisé la performance qui pouvait me donner la confiance dont j’avais besoin. Et elle n’est arrivée qu’en août 2017 à l’US Open. J’avais vraiment l’impression d’être en dessous parce qu’à l’entraînement je ne réussissais pas des trucs incroyables et en compétition, c’était très moyen aussi. Quand j’arrivais dans les grandes compétitions je savais que je devais me battre pour accéder à la demi-finale et que pour ça, je devais réaliser ma meilleure course. Ça me mettait une énorme pression. Désormais, j’ai un peu plus de marge. 

Marie Wattel lors d'un entraînement à Loughborough le 10 octobre dernier. (Photo: KMSP/Stéphane Kempinaire)

D’autant que le 100 m papillon était le premier jour et que bien souvent la compétition s’arrêtait tout de suite pour toi. Était-ce une pression supplémentaire ?

On sait qu’il y a toujours un peu plus de pression pour sa première course dans une grande compétition. Dans mon cas, c’était même ma seule course, le premier jour de compétition. C’était une pression supplémentaire et je le vivais vraiment très mal de terminer ma compétition dès le premier jour. C’est pour ça aussi que je me suis inscrite sur le 100 m nage libre par la suite. Je pense que je me mettais trop de pression pour le 100 m papillon parce que c’était ma seule et unique course.

Que ressentais-tu en chambre d’appel ?

J’avais un stress qui me paralysait. Je l’ai toujours su, mais je n’arrivais pas à le combattre et à le réduire. J’étais déçue de ne pas réussir à prendre du plaisir et à être complétement moi-même. Ce n’était pas facile. 

Photo: KMSP/Stéphane Kempinaire

Tu évoques un déclic à l’US Open en août 2017. Le déclic n’a-t-il pas plutôt eu lieu aux championnats de France de Strasbourg au mois de mai où tu manques ta qualification pour les Mondiaux de Budapest ?

J’avais vraiment envie de prouver des choses à ces championnats de France. J’avais décidé de partir en Angleterre en début de saison et je voulais frapper un grand coup. Encore une fois, ça ne se passe pas comme je le veux. Le matin, j’étais bien, mais l’après-midi j’étais plus nerveuse et si ma combinaison a craqué, ce n’est pas uniquement de la malchance. Malgré tous les changements que je venais de faire, ça n’a pas payé. J’ai pris l’US Open comme une chance et je me suis dit que j’allais essayer de réaliser des temps qui m’aurait permis d’intégrer la demi-finale puis la finale des championnats du monde. 

Tu as donc abordé l’US Open avec beaucoup d’envie et de détermination.

Après les championnats de France, j’étais vraiment très motivée. J’avais dit à Olivier Nicolas (responsable de l’équipe de France sur cette compétition) : « ce sont mes championnats du monde à moi ». J’avais à cœur de performer. Ça a été une chance pour moi parce que j’avais moins de pression et j’étais plus à mon aise. Forcément, dans ces conditions ça répond mieux dans l’eau. C’est la performance qui m’a donné le déclic. Finalement, tout se passe peut-être pour une raison. Ma combi a craqué, je ne me suis pas qualifiée aux Mondiaux, mais ça m’a permis de réaliser une performance qui a changé ma façon d’aborder les compétitions. 

Photo: KMSP/Stéphane Kempinaire

D’autant qu’en décembre 2017 tu remportes la médaille d’argent du 100 m papillon aux championnats d’Europe en petit bassin. 

Je me suis vraiment dit que ma carrière était lancée à ce moment-là. Après l’US Open, j’ai commencé à croire en moi et j’avais dit à Ian (Hulme, son entraîneur), que j’aimerais vraiment remporter une médaille aux championnats d’Europe petit bassin. Je pense qu’on s’est trop focalisé là-dessus. J’ai certes remporté une médaille d’argent sur le 100 m papillon, mais ensuite la saison en grand bassin a été vraiment difficile. Ian a voulu tester mes limites à l’entraînement et j’ai tenu jusqu’au mois de février. Mais même si je n’ai pas été performante à Glasgow en 2018, je savais que je valais mieux que ça. Je n’ai pas perdu espoir. 

Que s’est-il passé en 2018 ?

J’avais l’impression d’avoir un plafond de verre au-dessus de moi et je n’arrivais pas à aller au-dessus. Dans ma nage, ça se ressentait puisqu’au bout de 75 mètres, ça ne répondait plus. Je savais que c’était juste une question de physique. Avec Ian, on a vraiment essayé de tirer des enseignements de tout ça pour ne pas reproduire ces erreurs en début de saison 2018-2019. 

Photo: KMSP/Stéphane Kempinaire

As-tu averti ton entraîneur pendant la saison ?

En 2018, quand je commence à sentir la fatigue, on a eu quelques conflits avec Ian. Je lui disais que je n’en pouvais plus et il continuait à m’en demander toujours plus. À Glasgow, je pense qu’il a compris que je ne mentais pas. Il s’est remis en question et moi aussi. On a discuté et on a réussi à trouver des solutions pour repartir du bon pied. Désormais, il est beaucoup plus à mon écoute et me fait confiance. Mon ambition est d’évoluer au plus haut niveau et ce n’est pas dans mon intérêt de lui dire que je n’en peux plus si j’en ai encore sous le pied. Il a également participé à quelques séances avec mon préparateur mental afin qu’on puisse consolider une bonne relation et ça nous a aidé. 

Avec le résultat que l’on connaît, une huitième place sur 100 m papillon et une cinquième sur 50 m papillon aux Mondiaux de Gwangju.

J’avais pour objectif d’intégrer la finale à Gwangju. Cette huitième place me laisse quelques regrets parce que j’ai l’impression que je vaux mieux que ça. Je termine l’année avec la quatrième meilleure performance mondiale de la saison. Le chrono m’a vraiment permis de me rendre compte que je pouvais viser encore plus haut pour les Jeux de Tokyo. L’objectif a toujours été d’entrer en finale, mais peut-être que j’ai la capacité de faire mieux que ça. 

Photo: KMSP/Stéphane Kempinaire

Mentalement, on sent que tu as évolué, notamment dans l’enchaînement des courses. Après la déception de cette huitième place, tu as réussi à te remobiliser pour le 50 m papillon. Comment l’expliques-tu ?

C’est l’importance d’avoir une deuxième course. J’ai pu rectifier mes erreurs du 100 m papillon pour le 50 m papillon. Ce n’était pas parfait, mais je suis contente de ce que j’ai fait. Terminer à trois centièmes du podium est toujours rageant, mais cette performance m’a vraiment surprise. Je ne m’y attendais vraiment pas. 

Est-ce que tout cela te permet d’être sereine pour cette année olympique ?

Sereine, je ne sais pas. Je sais que le revers de la médaille peut vite arriver donc je reste méfiante. J’ai connu des hauts, mais aussi pas mal de bas. Mais je reste confiante parce que je fais confiance à tout mon encadrement et on essaie d’optimiser au mieux la performance. Il n’y a pas tout à changer et c’est ce qui me donne confiance. 

Photo: KMSP/Stéphane Kempinaire

Ton entraîneur confiait l’année dernière que tu pouvais gagner des médailles à condition que tu en sois consciente. Est-ce désormais le cas ?

Maintenant, oui je m’en rends compte. Avant, ce n’était pas le cas. Lorsque j’arrive aux Mondiaux de Gwangju, sur les rankings, j’ai le 16èmetemps. C’est difficile de se dire qu’on va viser une médaille dans ces conditions. Participer à cette première finale mondiale m’a permis de me rendre compte que les huit nageuses finalistes partent sur un pied d’égalité. J’ai ma chance et j’ai envie de travailler encore plus dur pour y arriver. Ça devient vraiment concret. 

Recueilli à Loughborough par J. C. 

Retrouvez un reportage exclusif sur Marie Wattel dans le prochain numéro du Natation Magazine de novembre 2019. 

 

Actualités

Le saviez-vous ?

Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade

À lire aussi

Partenaires Officiels