DUBOSCQ | Fédération Française de Natation

À propos

Fiche d'identité
Nom : 
DUBOSCQ
Prénom : 
Hugues
Date de naissance : 
Samedi 29 Août 1981
Lieu de naissance : 
ST LO
Clubs : 
CLUB NAUTIQUE HAVRAIS
Taille : 
191
Poids : 
84
Entraîneur : 
PAPARRODOPOULOS Christos
Principaux titres

Jeux Olympiques 3 Bronze

Ch. du monde grand bassin 1 Argent 1 Bronze

Ch. d'Europe grand bassin 1 Or 6 Argent 3 Bronze

Ch. d'Europe petit bassin 1 Or 2 Argent 1 Bronze

 Voir tout le palmarès

Le suivre

58.64
Le temps de son record d'Europe du 100 m brasse réalisé à Rome en 2009.

Biographie

Hugues Duboscq : la brasse en héritage

Triple médaillé olympique de bronze, Hugues Duboscq restera comme le plus grand brasseur de l’histoire de la natation française. Un champion hors du commun qui laissera également le souvenir d’un athlète altruiste, soucieux des autres et de sa discipline !

Il est des destins surprenants ! Celui du Havrais Hugues Duboscq l’est à plus d’un titre. Révélé aux Jeux Olympiques d’Athènes, où il rafla la médaille de bronze du 100 m brasse à la surprise générale, Duboscq n’a ensuite eu de cesse que de surgir là où on ne l’attendait pas. En 2004, alors qu'il est âgé de 23 ans, le natif de Saint-Lô réussit le pari de se hisser sur la troisième marche du podium alors qu’il évolue dans une ligne d’eau extérieure. Qu’à cela ne tienne, l’élève de Christos Paparrodopoulos s’en tient à ce qu’il maîtrise le mieux : se concentrer sur sa nage en ignorant ses concurrents ! L’année suivante, aux championnats du monde de Montréal, le brasseur tricolore récidive en s’en allant quérir un nouveau bronze « à l’aveugle ». La recette a de quoi impressionner. Il faut dire que le Français maîtrise son sujet. Rien de surprenant, donc, à le voir propulsé au rang des grandissimes favoris pour le titre continental des Euro qui se tiennent à Budapest en 2006. D’autant que Duboscq a rendu visite en cours de saison à l’empereur de sa spécialité : le Japonais Kosuke Kitajima, double champion olympique des 100 et 200 m brasse ! Oui mais voilà, la natation et le sport en général ne doivent rien à la logique. Après un parcours sans faute, Hugues Duboscq s’écroule en finale. Il doit se contenter d’une frustrante sixième place, loin, très loin de ses aspirations initiales. Le doute s’installe. L’année 2007 se résumera à une longue et pénible traversée du désert. Le brasseur vedette de l’équipe de France ne parvient pas à entrer en finale des 100 et 200 m brasse des championnats du monde 2007 à Melbourne. L’année suivante, le Normand retrouve des couleurs en s’adjugeant la médaille de bronze du 200 m brasse, mais surtout l’argent du 100 m brasse aux championnats d’Europe d’Eindhoven (Pays-Bas). Un retour en forme de promesse à six mois seulement des Jeux Olympiques de Pékin. « Je ne dirais pas que je n’ai jamais douté », reconnaît l’intéressé à l’issue du rendez-vous continental. « Mais j’ai toujours su qu’en travaillant à l’entraînement je retrouverais le devant de la scène. J’ai trouvé le temps long, mais voilà : je suis de retour ! » Un retour au premier plan qu’il confirme en Chine en décrochant deux médailles de bronze olympique sur 100 et 200 m brasse. En 2009, Hugues Duboscq poursuit sa démonstration en raflant l’argent du 100 m brasse aux championnats du monde de Rome. En 2010, il s’affirme un peu plus comme le meilleur brasseur européen en trustant l’argent du 100 m brasse, le bronze du 200 m brasse et l’or avec le relais 4x100 m 4 nages qui offre à la France le titre honorifique de champion d’Europe ! L’année suivante, le Havrais amorce logiquement son déclin ! « Ça devient chaque année de plus en plus difficile », livre-t-il à la veille des Jeux Olympiques de Londres, les troisièmes de sa carrière. « Il sera bientôt temps pour moi de tourner la page natation. »

Partenaires Officiels