« Plutôt de bon augure » | Fédération Française de Natation
Partager
Samedi 20 Juillet 2019 - 15:45

Cinquième de la finale du tremplin à 10 mètres des championnats du monde de Gwangju (Corée du Sud), Benjamin Auffret a ouvert un quota olympique pour la France et décroché par la même son ticket pour les prochains World Series. Il confirme également sa régularité au plus haut niveau international. Il y a quatre ans, aux Mondiaux de Kazan (2015), le Francilien de 24 ans avait déjà pris une cinquième place avant de se hisser au quatrième rang aux Jeux Olympiques de Rio.

Comment juges-tu ce concours ?

J’ai été solide et constant. Je signe le même résultat qu’aux Mondiaux de Kazan en 2015. C’était l’année d’avant les Jeux de Rio et ça avait été plutôt de bon augure. Ce soir (samedi 20 juillet), j’ai réalisé certains de mes meilleurs scores en faisant des erreurs. Si tout se passe bien, je me dis que ça peut mieux tourner. De manière générale, je suis content. Je suis un peu vexé par le petit Ukrainien, mais j’aurais ma revanche dans dix jours aux championnats d’Europe de la discipline.

(Deepbluemedia)

Cette cinquième place te permet également d’ouvrir un quota olympique.

Ce qui était important, c’était d’être dans le Top 12 mondial. A moi maintenant d’aller chercher ma place aux Jeux et de continuer à me préparer pour décrocher une médaille olympique. C’est tout ce qui compte !

(Deepbluemedia)

En terminant dans le Top 8 tu t’ouvres également les portes des World Series.

Oui, c’était aussi un objectif. Ce sera ma cinquième année de suite.

N’as-tu jamais pensé à la médaille ?

J’y ai cru un moment, mais devant, c’est très costaud.

(Deepbluemedia)

Les Chinois sont-ils intouchables ?

Quand ils plongent comme aujourd’hui, personne ne peut aller jouer avec eux. Pour les battre, il faudrait inventer des 10,5. Ce sont des monstres. Ils en ont pris un million et ils les ont entraînés à fond. Chez nous, personne ne pourrait suivre leur cadence. Au final, il y a deux monstres qui sortent. Il faut se dire qu’aux sélections nationales chinoises, ils sont passés devant un quintuple champion du monde et le champion olympique en titre. Aller jouer avec eux, c’est difficile, mais pas impossible. A nous maintenant de nous montrer intelligent à l’entraînement pour les concurrencer. Ça a déjà été fait par le passé.

Recueilli à Gwangju par A. C.

 

Le saviez-vous ?

L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN

À lire aussi

Partenaires Officiels