« C’est juste fou » | Fédération Française de Natation
Partager
Dimanche 28 Juillet 2019 - 15:30

En dépit d’une blessure contractée cet hiver, d’un programme partagé entre les épreuves d’eau libre et les rendez-vous en bassin, le Français David Aubry a confirmé l’étendue d’un potentiel que l’on peine à appréhender totalement en s’adjugeant la quatrième place du 1 500 m nage libre des championnats du monde de Gwangju (dimanche 28 juillet). Quatre jours après sa médaille d’argent sur 800 m nage libre, l’élève de Philippe Lucas a explosé son record personnel de neuf secondes (14’54’’42) et rafraîchi dans le même temps la référence nationale qui appartenait depuis les Jeux Olympiques de Rio (2016) à son partenaire d’entraînement, Damien Joly (14’44’’72 contre 14’48’’90). En l’espace d’une quinzaine coréenne, le natif de Saint-Germain-en-Laye vient de prendre une nouvelle dimension, celle d’un prétendant au podium olympique. Verdict dans un an, à Tokyo, où le spécialiste des longues distances piaffe déjà de défier le monde.

Quel sentiment l’emporte à l’issue de cette finale ?

La satisfaction ! Je fais encore une superbe course aujourd’hui (dimanche 28 juillet). Je ne pensais pas réaliser ce temps-là. Hier (samedi 27 juillet), j’étais encore fatigué par le 800 m nage libre (mercredi 24 juillet). J’étais encore dans l’euphorie. Il a fallu que je me remette dedans. Faire ce temps aujourd’hui, c’est juste fou, incroyable ! J’explose aussi le record de France de quatre secondes, c’était mon partenaire d’entraînement qui l’avait (Damien Joly). Je suis vraiment très satisfait de terminer mes championnats du monde sur cette performance.

Le fait de nager à la ligne 1 ne t’a-t-il pas empêché de te mêler à la lutte pour le podium ?

Je ne savais pas trop où en étaient les autres. Je voyais les trois devants et puis c’est tout. Je ne me faisais quand même pas trop de souci. Je savais qu’on nageait vite, et puis Henrik Christiansen (ligne 2), c’est quand même un client. Il a fini deuxième sur 800 m nage libre (mercredi 24 juillet). Aujourd’hui, je le bats au sprint, c’est vraiment cool (sourire)… L’Allemand (Florian Wellbrock) a été le meilleur sur cette finale, mais l’année prochaine, je ferai tout pour le battre. Je sais que j’en suis capable !

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

Tu n’en as pas « marre » de piquer les records de Damien Joly ?

Ah non, pas du tout (rire)… J’adore nager vite ! Si je pouvais nager vite tout le temps, ce serait parfait, surtout l’année prochaine. Si je progresse encore de neuf secondes aux JO de Tokyo, ça me va très bien (sourire)

Ce qu’il y a de certain, en tout cas, c’est que tu n’auras pas fait le déplacement en Corée du Sud pour rien !

C’est vrai que j’ai fait des courses incroyables. Je dois vous avouer que je ne m’attendais pas à ça. Mais j’ai travaillé très dur pour en arriver là. Ça n’a pas été facile toute l’année, surtout que j’ai été blessé pas mal de fois, mais réaliser pareilles performances sur ces championnats, c’est vraiment satisfaisant.

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

Et maintenant ?

Maintenant, je vais prendre de bonnes vacances pour récupérer avant de repartir à l’entraînement pour aborder l’année olympique en pleine forme.

Et retravailler encore plus fort avec Philippe Lucas.

Oh ça, vous savez, je ne me fais pas de soucis (sourire)… Philippe va tout faire pour que j’atteigne le plus haut niveau. Je compte vraiment sur lui. Il croit en moi et je suis content de l’avoir comme coach. Je ne pourrais pas avoir mieux.

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

L’année prochaine, aux Jeux, les épreuves de bassin se nageront avant les courses d’eau libre. Est-ce que cela peut changer quelque chose dans ta manière d’aborder la compétition ?

Non parce que le bassin va me dérouiller pour attaquer les épreuves d’eau libre en pleine forme. Je sais que j’aurai la fraîcheur dans les bras et dans les jambes. Je pourrai aller chercher quelque chose sur le 10 km. Aucun souci là-dessus. Je serai prêt !

Et comment faire, compte-tenu de l’intensité des entraînements de Philippe Lucas, pour ne plus être blessé à l’avenir.

Il va falloir mettre des choses en place pour éviter que cela se reproduise. A la rentrée, je vais d’ailleurs reprendre tout doucement, sans forcer. Cette année, il faudra aussi que je me constitue un staff médical et que je sois plus attentif à mon hygiène de vie.

Recueilli à Gwangju par A. C. 

 

Actualités

Dimanche 15 Décembre 2019 - 15:45
Dimanche 15 Décembre 2019 - 15:30
Samedi 14 Décembre 2019 - 11:00

Le saviez-vous ?

Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.

À lire aussi

Partenaires Officiels