« L’année la plus difficile de ma carrière » | Fédération Française de Natation
Partager
Vendredi 25 Septembre 2020 - 19:30

Après une saison 2019-2020 marquée par une interruption liée à une opération à l’oreille (décembre 2019), puis deux mois de confinement (17 mars-11 mai), Damien Joly a retrouvé l’entraînement au printemps dernier, puis la compétition cet été, en Italie, avant de renouer avec les championnats de France à Jablines ce week-end. L’occasion de lancer sa saison olympique, la seconde donc, et de se projeter dès à présent sur les championnats de France de Saint-Raphaël (10-13 décembre) qui ouvriront la première phase de qualification pour les Jeux de Tokyo.

Que retiens-tu de cette première sortie de la saison ?

L’année dernière a été très difficile ! Entre l’opération à l’oreille en décembre 2019 et les deux mois de confinement, j’ai vraiment souffert pour retrouver mon niveau de performance. Je peux le dire aujourd’hui, ça a été une période très compliquée à gérer…

Jusqu’à ce que tu reprennes la compétition cet été, en Italie.

J’ai repris la compétition au meeting des Sept Collines à Rome avant d’enchaîner avec les championnats d’Italie d’eau libre (août 2020). Je me doutais que les résultats ne seraient pas au rendez-vous, mais j’ai pris beaucoup de plaisir. Le plus important, c’était surtout de renouer avec les sensations. Après, j’ai coupé une petite semaine avant de reprendre début septembre. Depuis, je me sens vraiment bien ! Ce sont des sensations que je n’avais pas ressenties depuis quasiment un an.

(Photo : KMSP/Stéphane Kempinaire)

Le fait d’avoir coupé pendant le confinement t’a-t-il permis de te régénérer ?

J’avais déjà pas mal coupé après mon opération de l’oreille. Ensuite, je suis revenu, puis le 17 mars 2020, tout s’est arrêté… Alors non, je dirais que ça ne m’a pas aidé à me régénérer. Non, vraiment, ça a été dur de se remettre dedans, de retrouver le rythme de l’entraînement et surtout d’enchaîner... Ça a sans doute été l’année la plus difficile de ma carrière, tant mentalement que physiquement. Maintenant, c’est derrière moi ! Je me sens vraiment beaucoup mieux. A présent, j’espère que les piscines ne vont pas fermer à nouveau et que les compétitions vont complétement reprendre…

Oui, comme tout le monde…

C’est sûr que ce n’est simple pour personne ! A titre personnel, j’ai besoin de travailler dans la sérénité, d’enchaîner un maximum pour espérer claquer un 14’’55 aux championnats de France de Saint-Raphaël (10-13 décembre) et me qualifier pour les Jeux olympiques de Tokyo.

(Photo : KMSP/Stéphane Kempinaire)

Tout en sachant que l’émulation sur les épreuves de demi-fond est impressionnante.

Oui, mais c’est porteur ! L’eau libre et le demi-fond sont en train d’atteindre un haut niveau de performance, mais bon, si je veux aller aux Jeux, il n’y a pas de secret, je dois me confronter aux meilleurs.

Si tu ambitionnes de performer en bassin, pourquoi prendre aux championnats de France d’eau libre de Jablines ?

L’eau libre aide énormément sur le bassin. Des 10 km, j’en ai fait trois dans ma vie et à chaque fois, c’est un combat ! En eau libre, tu repousses constamment tes limites. Sans compter qu’il y a une solidarité énorme. Tout le monde se tire vers le haut !

Recueilli à Jablines par Adrien Cadot

Le saviez-vous ?

Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire

À lire aussi

Partenaires Officiels