Mathilde Cini: « La dure réalité du sport » | Fédération Française de Natation
Partager
Mercredi 16 Juin 2021 - 19:15

Cinquième de la finale du 100 m dos (1’02’’16), Mathilde Cini était forcément déçue de ne pas décrocher son ticket pour les JO de Tokyo et de ne pas s’inviter sur le podium d’une épreuve qu’elle a longtemps dominée. Blessée en 2020, la dossiste tricolore voulait profiter du report des Jeux pour retrouver son meilleur niveau. Mais son corps n’aura pas répondu comme elle le souhaitait et elle espère désormais terminer du mieux possible cette compétition pour quitter Chartres sans regret. 

Comment analyses-tu cette course ? 

C’est encore tout chaud, donc c’est compliqué. Je pense que ce sera toujours le cas. C’est la vie, c’est comme ça. C’est la dure réalité du sport. S’entraîner pendant deux ans pour ça c’est dur. 

Qu’est-ce qui n’a pas été ? 

Tout. Je n’ai rien réussi à mettre en place. Les finales comme ça, je les connais. Je suis aux championnats de France depuis 2008. Je devrais pouvoir les gérer. Ce soir, je n’avais pas de jambes, j’ai mal de partout… C’est comme ça.

Ton chrono des séries avait pourtant de quoi te rassurer. 

Ce matin, je fais 1’01’’7 les doigts dans le nez et je dis à mon entraîneur que je serais en mesure de réaliser un joli chrono. Malheureusement non. Le corps en a décidé ainsi. 

Le report des Jeux étaient une aubaine compte tenu de ta blessure. 

L’année de plus était une aubaine. J’ai été opérée puis j’ai encore eu des problèmes chirurgicaux avec ma cheville en octobre et je n’ai pu retrouver l’entrainement que le 7 novembre. Ce n’est pas une excuse. Je me suis entraînée comme les autres, je pensais avoir mis toutes les chances de mon côté, mais ça ne passe pas, c’est la vie. 

Photo: KMSP/Stéphane Kempinaire

Était-ce un défi trop difficile à relever ? 

C’était une course contre la montre. On pensait avoir le temps, on a tout mis en place. Si seulement j’avais au moins accroché une médaille… Mais ce n’est même pas le cas. C’est encore plus frustrant et rageant. Je le prends avec le sourire devant vous mais je pense que d’ici dix minutes je pleure. C’est comme ça. 

Hier, Théo Bussière a rempli les critères de sélection au titre du relais en réalisant le temps que tu devais accomplir ce soir (1’00’’25). 

Je me suis dit: « c’est un signe ». Je suis très contente pour lui parce qu’il le mérite. Je pensais que les planètes étaient alignées. J’avais envie d’y croire et ça m’a donné plein d’espoir. 

Cette olympiade a été…

(Elle coupe)… Affreuse. Il y a trois ans je passe sous la minute et on se disait que j’étais capable de réaliser de belles choses. J’y ai cru aussi. Malheureusement des choses se sont passées. On ne contrôle pas les accidents. J’avais le projet de disputer une finale olympique il y a trois ans. La vie est faite de hauts et de bas, c’est comme ça. 

Quelle va être la suite du programme ? 

Je vais récupérer et essayer de digérer un peu tout ça. Vendredi je dispute le 50 m dos pour me faire plaisir et m’amuser, en espérant décrocher une médaille. Samedi, je serai au départ du 100 m nage libre. Tout est possible. Je n’ai pas envie de quitter cette compétition avec des regrets. À Rio, je suis partie avec le relais. Je ne sais pas du tout ce que je vaux mais on verra et au moins j’aurais tout tenté. 

Recueilli à Chartres par J. C.

Le saviez-vous ?

Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)

À lire aussi

Partenaires Officiels