Yohann Ndoye Brouard : « Pas de stress, mais beaucoup d’envie » | Fédération Française de Natation
Partager
Mercredi 16 Juin 2021 - 19:45

Vice-champion de France du 100 m dos (53’’47), Yohann Ndoye Brouard regrettait de ne pas avoir enlevé le titre national de sa distance fétiche en savourant malgré tout la victoire synonyme de qualification de son plus grand et meilleur rival : l’Amiénois Mewen Tomac. Le nageur de Michel Chrétien à l’INSEP, qualifié sur 100 et 200 m dos depuis l’étape marseillaise du FFN Golden Tour-Camille Muffat (mars 2021), entend profiter des championnats de France de Chartres (15-20 juin) pour encourager ses partenaires et peaufiner sa préparation dans la perspective des Jeux nippons.

Comment as-tu abordé cette finale (relevée) du 100 m dos ?

J’ai un peu l’impression d’être sur un Golden Tour, mais pas sur la compétition de ma vie. Forcément, j’aborde ce rendez-vous différemment de mes concurrents, mais je suis quand même très concentré. Je voulais gagner. De toute façon, je nage toujours pour gagner. Il n’y avait pas de stress, mais beaucoup d’envie.

Comment as-tu accueilli la victoire de Mewen Tomac synonyme de qualification olympique ?

Je me doutais qu’il y arriverait, même si on n’est jamais à l’abri d’une surprise. Je suis content qu’il m’accompagne à Tokyo. On va pouvoir continuer à se tirer la bourre en stage et on se verra au Japon.

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

N’est-ce pas malgré tout une compétition un peu étrange sachant que tu es déjà qualifié pour les Jeux olympiques ?

C’est vrai que c’est un peu bizarre, mais j’adore ça parce que je suis un passionné de natation. Hier, par exemple, après mon 400 m 4 nages, j’ai été très impressionné par la performance de Léon (Marchand, 4’09’’65 en finale), puis celle de Cyrielle (Duhamel) chez les filles. Je regarde tout. Je suis un peu en mode « public » (sourire)

Pourtant, tu as un sacré programme à Chartres. Tu as notamment lancé ta compétition par le 400 m 4 nages.

Je suis là pour travailler et prendre du plaisir. Je vais aussi nager le 100 m nage libre vendredi (18 juin). On verra ce que ça donne, mais bon, si je peux nager 49 secondes, ce serait mon rêve ultime (sourire)

Recueilli à Chartres par Adrien Cadot

Le saviez-vous ?

L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir

À lire aussi

Partenaires Officiels