« Sauver l’honneur » | Fédération Française de Natation
Partager
Lundi 20 Janvier 2020 - 16:45

Les Bleus n’ont finalement pas tremblé. Bien sûr, tout n’a pas été parfait, mais en s’imposant d’un but face aux Néerlandais (8-9), l’équipe de France a relevé la tête après la déconvenue enregistrée la semaine dernière (mardi 14 janvier) face à la Géorgie (7-9). Une défaite inaugurale dans ce championnat d’Europe de water-polo organisé à Budapest qui privera les Bleus d’une participation au TQO, par conséquent d’une éventuelle qualification aux Jeux de Tokyo, mais aussi, et c’est sans doute le plus douloureux, d’un ticket pour les championnats du monde de 2021. Le gardien de l’équipe de France, Rémi Garsau, ancien de la maison bleue, entend maintenant tout remettre à plat pour préparer les Jeux de Paris 2024 dans les meilleures conditions.

La victoire a finalement basculé de votre côté, mais cela n’a pas tenu à grand-chose.

Oui, cela s’est joué à quelques détails, mais la Hollande est le genre de nation qui évolue à notre niveau comme la Roumaine, la Russie, la Slovaquie ou la Géorgie, malheureusement. Aujourd’hui, ça tourne en notre faveur. Nous avons sauvé l’honneur. C’est dommage car si on avait montré cette hargne et cet engagement dès le début de la compétition on en serait peut-être pas là aujourd’hui (lundi 20 janvier).

Près d’une semaine après votre défaite face à la Géorgie, comment expliques-tu ce rendez-vous manqué ?

On était venu à Budapest pour signer le meilleur résultat. Notre objectif, c’était de nous qualifier pour le TQO pour rêver une fois encore des Jeux olympiques. Ce rêve s’est arrêté quasiment dès le premier jour, même s’il y avait encore un espoir face à l’Italie et la Grèce. On a tout donné, mais ça n’a pas été suffisant. On a accusé le coup avant de se reprendre en faisant preuve d’orgueil face aux Pays-Bas.

(Deepbluemedia)

L’orgueil, c’était le maître-mot aujourd’hui ?

Oui, bien sûr, mais aussi la révolte et l’envie de montrer notre vrai visage. Ce match contre la Géorgie, ce n’était pas nous. Aujourd’hui, on avait vraiment à cœur de jouer notre jeu et de ne pas avoir de regrets. Mercredi (22 janvier), il faudra battre la Slovaquie pour montrer que ces formations qui étaient dernière nous il y a quatre ans le sont toujours.

A titre personnel, quel bilan tires-tu jusqu’alors de ton Euro ?

Pour moi, le bilan est négatif, malheureusement. On a fait de bons matchs contre l’Italie et la Grèce, on sauve l’honneur face aux Pays-Bas, mais il reste toujours cette défaite face à la Géorgie qui remet tout en cause. Pourtant, cela fait quelques années qu’on les joue et on les a toujours battus. C’était encore le cas il y a dix jours en match de préparation. Je pense que nous n’avons pas été bons.

(Deepbluemedia)

Les conséquences sont en tout cas lourdes. L’équipe de France ne disputera ni les JO de Tokyo ni les championnats du monde en 2021. Dans ces conditions, comment gérer la préparation des Jeux de Paris 2024 ?

Il faut se remettre en question. Pas seulement les joueurs, mais tout le monde du water-polo. Il faut que l’on sache où l’on va et de quelle manière. Pour moi, il faut se poser les bonnes questions pour savoir quelles seront nos ambitions à Paris en 2024. Du sommet à la base, il faudra marcher en ordre de bataille et mettre des choses en place pour performer.

Qu’entends-tu exactement par « mettre des choses en place » ?

Il faut investir ! Nous parlons beaucoup avec les joueurs des autres formations continentales, notamment celles qui évoluent à notre niveau, et il n’y a pas de secret : ils progressent parce qu’ils bénéficient de conditions de travail optimales. Les joueurs de l’équipe de France vont se remettre en question, mais ça ne suffira pas si on veut s’illustrer et faire parler de notre sport aux Jeux de Paris en 2024.

Recueilli à Budapest par Adrien Cadot

PAYS-BAS – FRANCE : 8-9 (3-3, 2-2, 1-2, 2-2)

Les buteurs tricolores : Rémi Saudadier (1), Romain Marion-Vernoux (2), Ugo Crousillat (1), Mehdi Marzouki (4), Charles Canonne (1).

Le saviez-vous ?

Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m

À lire aussi

Partenaires Officiels