Eau libre : championnats de France 5 km indoor | Fédération Française de Natation
Partager
Lundi 31 Janvier 2022 - 10:30

Aurélie Muller est une championne. De ça, personne ne peut douter. Encore moins après sa démonstration de force du 29 janvier dernier. A Sarcelles, face à une concurrence lui rendant parfois plus de dix ans, la spécialiste des longues distances de 31 ans, accessoirement double championne du monde du 10 km (Kazan 2015 et Budapest 2017), a renoué avec la première marche du podium en s’adjugeant le titre national du 5 km indoor (nouveau record personnel à la clé) devant la Monégasque Lisa Pou (22 ans) et la Toulousaine Madelon Catteau (19 ans).

C'est une victoire en forme de renaissance pour celle qui n’a jamais cessé de croire en son destin olympique. Car après sa disqualification polémique aux Jeux de Rio en 2016, Aurélie Muller avait dû renoncé à ceux de Tokyo après s’être classée « seulement » onzième du 10 km des championnats du monde 2019 de Gwangju (Corée du Sud) alors qu’il fallait figurer dans le top 10 mondial. A son retour en France, la protégée de Philippe Lucas avait décidé de tout changer en s’installant à Nice pour se consacrer désormais à l’épreuve du 1 500 m nage libre sous la houlette de Fabrice Pellerin avec l’espoir de poinçonner son ticket olympique pour le pays du Soleil-Levant. L’abnégation de la nageuse lorraine n’aura toutefois pas suffi. En manque de résultats et de sensations, la Mosellane quitte le sud de la France durant l’hiver 2020-2021 pour rejoindre quelques mois durant le groupe de Magali Mérino à Fontainebleau avant de renouer avec ses racines à Sarreguemines, où elle s’entraîne, à présent, sous la férule de Gilles Cattani. Force est de constater que ce retour au source aura porté ses fruits car après seulement quelques mois de collaboration, la plus célèbre des nageuses d’eau libre tricolores, dont la mésaventure brésilienne de 2016 a ému toute la France, est de retour aux avant-postes.

Lisa Pou, Aurélie Muller et Madelon Catteau (Crédit photo : FFN).

Pour être tout à fait complet, ajoutons que chez les garçons le titre national du 5 km indoor est revenu au Versaillais Alexis Vandevelde (auteur de la deuxième meilleure performance française de l’histoire derrière Marc-Antoine Olivier, médaillé olympique de bronze du 10 km à Rio) devant le Dunkerquois Jules Wallart et le Toulousain Swann Plaza.

Jules Wallart, Alexis Vandevelde et Swann Plaza (Crédit photo : FFN).

A. C.

Le saviez-vous ?

Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).

À lire aussi

Partenaires Officiels