Malia Metella : « J’ai eu peur que ça tourne mal » | Fédération Française de Natation
Partager
Lundi 13 Décembre 2021 - 08:30

A bientôt quarante ans (elle les aura le 23 février prochain) et après onze années loin des bassins, Malia Metella, vice-championne olympique du 50 m nage libre aux Jeux d’Athènes en 2004, a bouclé la traversée du lac Titicaca dans sa longueur (108 km) en compagnie de Théo Curin (instigateur du projet) et de l’éco aventurier Matthieu Witvoet le 20 novembre dernier. Un exploit majuscule qu’elle a accepté de commenter en dépit d’une fatigue et d’un mal de dos persistant, stigmates d’une année de préparation aussi intense qu’éprouvante.

Dans quel état physique es-tu rentrée d’Amérique du Sud ?

Je suis cassée, littéralement ! A l’arrivée (samedi 20 novembre), j’étais plutôt bien, émoussée, mais en forme. Les gens étaient même étonnés. Mais la fatigue m’est tombée dessus en rentrant en France (mardi 23 novembre).

Votre aventure a été incroyablement suivie sur les réseaux sociaux et dans les médias. As-tu conscience de la vague d’intérêt et de soutien que vous avez déclenchée ?

Franchement, non, je ne m’en rends absolument pas compte. On m’a dit, en effet, que le public avait répondu présent, mais pour le moment, c’est quelque chose que je ne mesure pas.

(@Andy Parant)

Qu’est-ce qui a été le plus difficile : nager tous les jours dans une eau à 10°C, passer dix jours en autonomie sur un radeau à 3 800 m d’altitude ou cette météo qui vous a été défavorable dès le début de votre traversée ?

La météo a été terrible ! La natation, l’altitude, le froid, l’autonomie, nous étions entraînés et préparés pour ça. Nous savions ce que nous avions à faire. Mais le vent, les orages et les tempêtes successives, non, ce n’était pas prévu. Surtout pas cette répétition et cette intensité. Quand tu ne peux pas dormir à cause du vent, de la grêle et des vagues qui cognent contre la coque du radeau, ça devient vite épuisant, surtout quand tu sais que tu dois te remettre à l’eau à l’aube.

Qu’en a-t-il été de l’enchaînement des séquences quotidiennes de natation que tu redoutais l’année dernière, au moment d’accepter de rejoindre l’équipe de Théo Curin pour la préparation de ce défi ?

Stéphane Lecat (Directeur de l’eau libre à la FFN) a fait un super boulot. Franchement, j’étais en forme, prête physiquement à nager tous les jours dans le froid et en milieu naturel, ce qui, pour moi, nageuse de bassin, était un vrai challenge. Même sur le radeau, je me suis sentie plutôt à l’aise alors qu’il y avait chaque jour de nombreuses tâches à accomplir pour le bon déroulement de notre aventure. Non, vraiment, j’étais parfaitement préparée, sauf à subir des orages à répétition (sourire)

(@Andy Parant)

As-tu eu peur pour ta vie ?

La nuit du cinquième jour, j’ai eu peur que ça tourne mal. Le lac était agité, il y avait des éclairs, il pleuvait et nous étions habillés avec des gilets de sauvetage comme des marins du Vendée Globe. A ce moment-là, je me suis dit que c’était « chaud »… Ma peur, c’était surtout que le radeau chavire et qu’on se retrouve tous les trois dans l’eau. Franchement, je m’étais préparée à sauter si je sentais le radeau nous échapper ou partir au large. Et puis, surtout, tu te rends compte assez vite que tu n’as aucune prise sur les éléments. Tu fais comme tu peux, la tempête te balance à gauche, à droite, tu finis par avoir mal au ventre.

As-tu pensé à arrêter ?

Le dernier jour, j’ai pété un câble ! Je n’aurais pas m’énerver, mais j’étais épuisée et c’est tombé sur Matthieu.

Que s’est-il passé ?

Le vent était contre nous, l’arrivée proche (15 km), mais on dérivait. Matthieu a fait une manœuvre pour nous remettre dans le bon cap, mais j’étais dans l’eau en train de tracter le radeau et je n’ai pas compris ce qui était en train de se passer. Le truc, c’est que tu sais que tu n’es pas loin d’en finir. A un moment, tu ne penses qu’à ça, et puis le vent se lève, les conditions se dégradent et la fatigue te rattrape. C’est dur de rester lucide dans ce genre de circonstance. Tu perds vite patience !

(@Andy Parant)

Ton expérience du haut niveau a-t-elle été utile pendant ce périple sud-américain, notamment pendant les périodes de doute ou d’appréhension ?

Bien sûr ! Quand tu es sportif de haut niveau, tu apprends à gérer ton stress, à maîtriser tes émotions, à prendre les événements comme ils se présentent en faisant fi des impondérables. Après, sur la nage en elle-même, j’ai rapidement retrouvé des sensations, même en tractant le radeau. Il y a eu du plaisir, en particulier quand le vent était avec nous et qu’on pouvait « surfer » sur le lac.

Pensais-tu que ce serait si difficile au moment de t’élancer sur le Titicaca ?

Non, absolument pas ! D’ailleurs, j’ai dû dire une vingtaine de fois à Théo : « Si tu m’avais dit qu’il y aurait des vagues, des tempêtes et des orages, jamais je n’aurais accepté de te suivre dans cette aventure ! » Mais je ne regrette pas parce que ça restera pour le reste de ma vie une expérience exceptionnelle, une vraie aventure !

Serais-tu prête à repartir sur un défi similaire ?

Non, je pense que c’était un « one shot ». Reste que la vie est pleine de surprise, on ne sait jamais ce qu’elle nous réserve, mais là, il est encore trop tôt pour vous dire que oui, je suis prête à repartir (sourire)… Et puis, j’ai bientôt 40 ans. Je sens que physiquement, ça devient plus compliqué. Pendant la traversée, j’ai beaucoup souffert du dos. Tous les matins, j’avais du mal à me lever. J’ai fait une infiltration une semaine avant de partir, mais malgré tout, la douleur ne m’a pas quittée.

(@Andy Parant)

Qu’en est-il de l’expérience humaine ?

C’est dingue ! Pendant dix jours, nous avons vécu ensemble le pire comme le meilleur. Forcément, ça forge. Et puis, il y a les paysages, l’ambiance de ce lac sacré, les pêcheurs, une culture complètement différente… Quand tu repousses tes limites à ce point, tu vas puiser de nouvelles forces au fond de toi, des trucs que tu ne pensais pas possible.

L’expérience d’éco aventurier de Matthieu Witvoet, auteur d’un tour du monde à vélo et d’une traversée du détroit de Gibraltar à la nage, a-t-elle été bénéfique pour votre défi ?

Absolument ! Le huitième jour, quand Théo (Curin) a eu un coup de mou, Matthieu a pris sur lui de partager son expérience d’aventurier. Il lui a dit que, lui aussi, il était passé par des périodes de moins bien, qu’il avait eu peur, froid, faim et ras-le-bol, que c’était parfaitement normal ! Ce jour-là, Matthieu lui a conseillé d’envoyer des messages à ses proches pour reprendre des forces et se nourrir de leur amour.

As-tu prévu de (re)nager prochainement ?

(Rires)… non, pas du tout ! Mais bon, peut-être qu’il va falloir que je m’y remette pour soulager mon dos. On verra (sourire)… D’autant que je n’ai pas d’objectif, ce qui ne simplifie pas les choses pour se motiver (rires)

Recueilli par Adrien Cadot

Le saviez-vous ?

Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904

À lire aussi

Partenaires Officiels