Analia Pigrée : « Je commence à être au niveau » | Fédération Française de Natation
Partager
Lundi 20 Décembre 2021 - 17:15

Quatrième de la finale du 50 m dos des championnats du monde d’Abu Dhabi en petit bassin (16-21 décembre), Analia Pigrée, 20 ans, n’éprouvait cependant aucune frustration à l’issue de sa course (ou alors modérée si on s’en tient à ses larges et généreux sourires). Quatre mois après ses deux médailles continentales raflées aux Euro de Kazan en petit bassin (l’argent sur 50 m dos et le bronze sur 100 m dos, ndlr), la jeune protégée de Philippe Schweitzer à Font-Romeu s’est offert, cette fois, le record de France du 50 m dos (25’’96 contre 26’’00 à Béryl Gastaldello, ndlr). Une référence nationale qu’elle avait ciblée en atterrissant dans la nuit de mardi à mercredi dernier (14-15 décembre) aux Emirats Arabes Unis.

Enfin, ça y est, tu casses la barre des 26 secondes sur 50 m dos !

Oui et ça fait du bien (sourire)

Ça va d’un coup plus vite, non ?

Ouais, je commence à être au niveau. Je visais un top 4, c’est fait !

N’est-ce malgré tout pas frustrant d’échouer si près du podium ?

Oui et non ! Ce sont quand même de grandes nageuses devant moi et puis il y a un record du monde (la Canadienne Margaret MacNeil a signé 25’’27, ndlr). Je ne suis pas loin des meilleures et ça, c’est un plus, donc non, ce n’est pas frustrant.

(Photo : KMSP/Stéphane Kempinaire)

Pas loin, mais pas encore tout à fait au contact.

Oui, il me reste encore du travail pour atteindre une autre vitesse, mais c’est sur la bonne voie. Déjà, le record de France, c’est fait (sourire)

En suivant ta finale on a eu le sentiment que ton départ était un peu « mollasson », voire raté. Partages-tu notre observation ?

Oui, il n’était pas très bon ! J’ai senti que je partais un peu sur le côté. Du coup, j’ai ressenti un gros frein. J’ai essayé de me rattraper dans la nage et ça a marché puisque je bats le record de France de Béryl (sourire)...

(Photo : KMSP/Stéphane Kempinaire)

En tout cas, quelle progression depuis le début de la saison.

Depuis le mois d’octobre, j’ai abattu beaucoup de travail. Avec mon coach (Philippe Schweitzer, à Font-Romeu), on a vu que j’étais loin. Il a fallu faire plus d’intensité, me donner à fond tout le temps. Et ça a payé. Maintenant, je dois continuer à me transformer.

Tu as la réputation d’aimer l’entraînement et notamment d’aimer « souffrir ». Qu’est-ce que cela te procure exactement ?

C’est une forme d’accomplissement…

Comment ça ?

J’aime repousser mes limites, aller plus loin, faire mieux et me surprendre. Après, quand je sors de l’entraînement, je suis heureuse, vraiment heureuse. Je me sens bien. Et puis quand j’ai mal après une séance, je me dis que j’ai bien travaillé. C’est satisfaisant !

(Photo : KMSP/Stéphane Kempinaire)

Quels seront tes objectifs individuels en 2022 ?

Il y aura, bien évidemment, les championnats de France à Limoges, en avril, où se joueront les qualifications pour les championnats du monde de Fukuoka (Japon, mai 2022). Après ça je basculerai sur les Euro de Rome (août 2022).

Avec quelles ambitions pour ces deux échéances internationales ?

Le grand bassin, c’est mon terrain de jeu parce que je suis vraiment plus forte dans la nage. Je me dis qu’avec deux records de France en petit bassin, ça peut être très cool en grand bac. On verra, mais je suis impatiente (sourire)

A Abu Dhabi, Adrien Cadot 

Le saviez-vous ?

Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07

À lire aussi

Partenaires Officiels