Charlotte Bonnet : « Je n’ai pas réussi à suivre le train » | Fédération Française de Natation
Partager
Mardi 21 Juin 2022 - 18:45

Après deux années compliquées et des Jeux olympiques de Tokyo en demi-teinte (élimination en demi-finales du 200 m nage libre, ndlr), Charlotte Bonnet, 27 ans, a renoué avec les premiers rôles de la scène mondiale en prenant la sixième place de la finale du 200 m des championnats du monde de Budapest en 1’57’’24 (contre 1’56’’54 en demi-finale, la veille).

Que retiens-tu de cette finale ?

Je me sentais bien, mais bizarrement, j’ai eu l’impression de passer un peu au travers. C’était vraiment une course étrange. Tout le monde se regardait et puis ça a accéléré sur la fin. Là, je n’ai pas réussi à suivre le train.

Quelle était ta tactique de course ?

Je voulais prendre les rênes. C’est ce que j’ai l’habitude de faire et c’est ce qui marche d’habitude parce que j’ai de la vitesse, mais ce soir (mardi 21 juin), je n’ai pas su m’y prendre de la bonne manière. Peut-être que je me suis un peu trop précipitée. Je ne sais pas, il va falloir analyser cette finale.

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

On te sent déçue.

Oui, forcément, parce que c’est une finale, mais je n’ai pas l’impression de m’être réservée. Peut-être qu’il me faut davantage de temps d’adaptation à la méthode de Philippe (Lucas). Je n’oublie pas non plus qu’après plusieurs années de galère, j’étais déjà heureuse de prendre part à cette finale mondiale.

Preuve que la « méthode Lucas » porte ses fruits, non ?

Oui, même si je savais qu’en arrivant chez Philippe (Lucas) en octobre dernier (Martigues), il ne fallait pas en attendre trop cette année ; que les choses allaient se mettre progressivement en place. Ce soir, je suis déçue du chrono, mais je n’aurais pas pu me mêler à la lutte pour le podium.

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

Philippe dit que tu as besoin de retrouver ta vitesse du 100 m pour en tirer profit sur 200 m nage libre. Es-tu d’accord avec lui ?

Oui, entièrement ! Quand je suis arrivée chez lui, il y avait beaucoup de chantier à mener : vitesse, endurance… Ce n’est pas simple de tout rebâtir en quelques mois. Forcément, je suis arrivée à Budapest à tâtons…

Cela reste malgré tout un beau retour au premier plan.

Absolument ! Pour la médaille, il va encore falloir être patiente. Il reste beaucoup de travail. La vitesse est là, mais il faut l’améliorer. L’endurance aussi, mais je ne parviens pas encore à l’utiliser en course. Il faut que j’arrive à combiner tout ça pour franchir le dernier palier qui me sépare du podium.

A Budapest, Adrien Cadot

Le saviez-vous ?

Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015

À lire aussi

Partenaires Officiels