Charlotte Bonnet: « Retrouver la flamme » | Fédération Française de Natation
Partager
Jeudi 29 Juillet 2021 - 11:30

Éliminée en demi-finale du 100 m nage libre (15ème temps en 54’’10) et huitième avec ses coéquipières du relais 4x200 m nage libre, Charlotte Bonnet a vécu une semaine difficile à Tokyo. Mais la triple championne d’Europe de Glasgow a montré qu’elle disposait d’une sacrée force de caractère pour ne rien lâcher et donner le meilleur d’elle-même dans le bassin olympique. Elle va désormais partir en vacances afin de prendre du recul et tenter de trouver les réponses aux questions qu’elle se pose et retrouver cette flamme qui l’a toujours habitée. 

Comment as-tu vécu cette finale avec le relais ? 

C’était difficile physiquement et moralement.

T’es-tu dit que ce serait peut-être ta dernière course ? 

Je ne me suis pas dit que c’était ma dernière course parce qu’au fond de moi je sais que ce n’est pas le cas. J’ai simplement besoin de temps et de repos pour retrouver la flamme qui m’a toujours habitée. Cette saison, c’était devenu une routine et plus la saison avançait, plus j’étais entamée physiquement mais aussi mentalement. Je n’ai rien lâché et j’ai tout donné sur chaque épreuve parce que je n’avais aucune marge. 

Sors-tu de ces JO la tête haute ?

Je n’avais pas mieux aujourd’hui. Je ne termine pas ces JO en baissant les bras et c’est important. Je suis contente d’avoir vécu ce relais et cette finale olympique avec les filles. Aujourd’hui, quand j’en reparle avec Coralie (Balmy) ou Mylène (Lazare), je me rends compte que notre finale à Londres nous a uni à jamais, même si c’était différent parce qu’on a ramené une médaille. Dans quelques temps on s’en rendra compte et on savourera. 

J. C. (Source: FFN/Tokyo 2020)

Lucile Tessariol: « C’était particulier. Avant la course on s’était dit qu’on allait profiter à fond parce qu’on savait que le podium n’était pas atteignable. C’était notre première expérience olympique à Assia (Touati) et moi. On aurait voulu réaliser de meilleurs temps mais les finales le matin ne sont pas faciles à gérer. Je suis très heureuse d’avoir vécu cette expérience et j’ai hâte de recommencer. Tout cela va me permettre de mieux me préparer pour les prochaines échéances. »

KMSP/Stéphane Kempinaire

 

Le saviez-vous ?

Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade

À lire aussi

Partenaires Officiels