Les douze travaux de Lara | Fédération Française de Natation
Partager
Lundi 16 Décembre 2019 - 09:15

Lara Grangeon n’a pas ménagé ses efforts pendants les championnats de France d'Angers en petit bassin en enchaînant pas moins de 12 courses. Et pas des moindres, la Néo-Calédonienne remportant au passage les titres des 800 et 1 500 m nage libre, du 200 m papillon, du 200 m dos et du 200 m 4 nages. Un programme copieux concocté avec son entraîneur Damien Cattin-Vidal pour préparer la saison d’eau libre et en particulier l’épreuve du 10 km des Jeux olympiques pour laquelle elle est déjà qualifiée.

Tu sais combien tu as nagé d’épreuves et de courses pendant ces quatre jours ?

Sept épreuves et à peu près 11 courses, c’est ça ?

Non 12 !

Tu vois, je suis investie dans ce que je fais (rires)...

(KMSP/Stéphane Kempinaire).

Plus sérieusement, tu avais besoin de nager, beaucoup et en compétition ?

Damien (Cattin-Vidal, son entraîneur à Rouen) voulait que je sorte de ma zone de confort. C’est pour ça que j’ai fait le 200, le 400 (libre). Je crois que mon dernier 200 en petit bain, c’était euh… il y a très très longtemps. Pourtant Richard (Martinez qui était son entraîneur quand elle était à Font-Romeu, ndlr) voulait que j’en fasse, mais bon… Je sais que pour l’eau libre, il faut que j’arrive à être dans le dur. Etre capable d’aller vite dans le dur. C’est ça qui est important.

Quel bilan tires-tu de ces championnats ?

Ben, déjà cinq titres ça fait toujours plaisir !

Tu t’attendais à une telle moisson ?

Quand je prends le départ, c‘est toujours pour gagner. La petite déception de ces championnats ce serait le 1 500 m. J’espérais faire un petit mieux chronométriquement (16’00’’98). Mais du coup, je sais qu’il y a encore du travail. C’est ce qui anime. C’est de se dire qu’il y a des choses qui sont perfectibles ; ça donne envie de travailler encore plus dur.

(KMSP/Stéphane Kempinaire).

Malgré ces bons résultats, toujours pas d’objectif bassin cette saison ?

Non ! Cette année aux JO, le bassin est avant l’eau libre et depuis 2017, ma priorité c’est l’eau libre. Le bassin me sert à travailler pour l’eau libre. Je veux bien faire en bassin, mais pour que ça me serve pour l’eau libre.

Quel va être ton programme dans les semaines et les mois qui arrivent ?

Après la trêve, on part en stage en Afrique du Sud. Il y en a d’autres de prévu, en altitude, à Font-Romeu et en Sierra Nevada, avec beaucoup de kilomètres au programme. Niveau compétition il y aura une coupe du monde à Doha en février, une autre en Israël en mars et les Seychelles au mois de mai. On se demande bien pourquoi je choisis l’eau libre, non (rires) ?

Et dans l’immédiat ?

Je vais passer quelques jours chez mon grand-père, dans les Landes. Il y aura foie gras, magret et chocolat. Mes petits pêchés mignons (rires)...

Recueilli à Angers par Jean-Pierre Chafes

Actualités

Le saviez-vous ?

Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.

À lire aussi

Partenaires Officiels