Joris Bouchaut: « Aller à la bagarre sur 800 m » | Fédération Française de Natation
Partager
Mercredi 16 Juin 2021 - 10:00

Champion de France du 400 m nage libre en 3’47’’37, Joris Bouchaut a manqué la qualification olympique pour quelques dixièmes. Forcément une déception même si le nageur tricolore a réalisé son meilleur temps sur cette épreuve. De bon augure avant les séries du 800 m aujourd’hui (mercredi 16 juin 2021). 

Quel sentiment domine à l’issue de ton 400 m nage libre ? 

C’est un sentiment mitigé. J’étais persuadé d’avoir le temps de qualification dans les jambes. J’en étais vraiment pas loin. Je ne peux pas non plus être déçu de cette course parce que je réalise largement mon meilleur temps. On a mis des choses en place pour le 400 m qui n’ont pas encore payé, mais je crois que nous sommes sur la bonne voie. Je suis content, en étant déçu. 

Tu as essayé de partir moins vite que d’habitude. Était-ce la stratégie ? 

En analysant mes courses, on a remarqué que je partais assez vite et que j’avais des difficultés à finir ensuite. À l’inverse, on m’avait reproché de trop maîtriser mes courses par le passé et de ne pas assez m’engager. On a tenu à travailler sur ce point, ce qu’on a bien fait. J’espère que ça passera au 800 m nage libre. 

Justement, les séries du 800 m se tiennent ce matin (mercredi 16 juin). Comment les abordes-tu ? 

Pour moi le 800, c’est le temps le plus probable à réaliser pour la qualification olympique, celui dont je suis le plus proche. Mais c’est aussi la qualification la plus compliquée, parce qu’il ne reste plus qu’une place (David Aubry est qualifié depuis les Mondiaux de Gwangju, ndlr). Pour l’instant, je vais récupérer et digérer ce 400 et me remettre ensuite dans le 800 avec la volonté d’aller à la bagarre. 

Hier, ton coéquipier de club Léon Marchand a brillamment décroché sa qualification olympique sur 400 m 4 nages. Est-ce inspirant ? 

Dans un collectif, c’est important de voir les autres performer. Cela m’enlève une pression parce que tout ne repose pas sur mes épaules. Léon s’est qualifié en réalisant une excellente course. C’est en corrélation avec le travail fourni à l’entrainement. On a partagé nos séances et je sais qu’il a un très bon niveau. Tout cela me donne envie de faire partie de la fête. J’aurais voulu que ce soit dès le premier jour avec le 400 m. 

Recueilli à Chartres par J. C.

Le saviez-vous ?

Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m

À lire aussi

Partenaires Officiels