Théo Bussière : « Enormément de bonheur » | Fédération Française de Natation
Partager
Mercredi 16 Juin 2021 - 10:15

Après trois années jalonnées de blessures, d’opérations et de longues période de convalescence, le Marseillais Théo Bussière a réussi le tour de force de remporter la finale du 100 m brasse des championnats de France de Chartres (15-20 juin). Une victoire symbolique sur le plan chronométrique (1’00’’25) qui lui permet toutefois de remplir les critères de sélection pour les Jeux olympiques de Tokyo au titre du relais 4x100 m 4 nages.

Raconte-nous de quelle manière tu as abordé cette finale du 100 m brasse (mardi 15 juin) ?

J’avais peur, j’étais stressé, j’avais envie… C’était beaucoup d’émotions !

Et à l’arrivée ?

Quand j’entends les nageurs marseillais rassemblés en tribunes exploser de joie, je me dis que c’est pour moi (sourire)… A ce moment, je ne vois rien et je n’ai aucun souvenir de ce qui vient de se passer dans l’eau. Et puis je relève la tête et je vois mon nom et là, c’est énormément de bonheur !

Pourquoi ?

Parce que ça a été très dur ! Alors oui, je ne me suis pas qualifié en individuel et je ne descends même pas sous la minute, mais ça a été tellement difficile que je m’en satisfais.

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

Qu’est-ce qui a été « difficile » ?

En 2018, j’explose. Malheureusement, j’ai dû renoncer aux Euro de Glasgow en raison d’une blessure. Je me fais opérer la saison d’après. Je rate les Mondiaux de Gwangju. Puis, nouvelle blessure. Les Jeux de Tokyo sont reportés. Je me soigne, je reviens et là, aujourd’hui (mardi 15 juin), voilà que je remporte le 100 m brasse et que je remplis les critères de sélection pour les JO de Tokyo. C’est complètement dingue quand on y pense (sourire)… C’est aussi la preuve que lorsqu’on est dans la difficulté, on peut trouver des ressources insoupçonnées pour atteindre ses objectifs.

A quoi t’es-tu raccroché pour tenir ?

Je me suis raccroché à la confiance que je peux emmagasiner dès que je me sens bien à l’entraînement. Quand mon corps me laisse tranquille, j’ai de bonnes sensations. Aujourd’hui (mardi 15 juin), c’est ce que je me suis dit : « Pas question de renoncer après tout ce chemin ». Je ne voulais avoir aucun regret. La salle de kiné est devenue mon deuxième chez moi.

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

Depuis combien de temps ton corps te laisse-t-il tranquille ?

C’est tout frais ! Ça doit faire une semaine à peu près. J’ai forcé comme un barjot à l’entraînement la semaine dernière sans éprouver la moindre douleur. Je me suis dit alors que j’aurais enfin toutes mes chances de m’exprimer à Chartres, cette semaine. Pour autant, je savais que ce serait juste puisque j’ai raté plusieurs semaines de travail cette saison. Forcément, à ce niveau, cela ne se rattrape pas.

A quoi es-tu pensé en touchant le mur hier soir (mardi 15 juin) ?

Cette course, je l’avais jouée dix fois dans ma tête. A chaque fois le scénario était différent. J’ai tout imaginé. Les bonnes comme les mauvaises résolutions. Mais là, franchement, tout était parfait (sourire)… Il n’y a qu’une place qui me faisait rêver, mais je savais que ça allait être très dur. Il n’y a pas de mots, c’est tellement fort. J’ai exulté en pensant à tous les gens qui me soutiennent depuis des mois. Vous savez, ma carrière aurait s’arrêter en 2018, mais j’ai eu la chance de tomber sur un chirurgien fantastique. Je remercie aussi tous les kinés de France qui m’ont manipulé à un moment ou à un autre (sourire)

Recueilli à Chartres par Adrien Cadot

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

Le saviez-vous ?

Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m

À lire aussi

Partenaires Officiels