« Le contrat est rempli » | Fédération Française de Natation
Partager
Mardi 21 Janvier 2020 - 21:45

En dépit d’un bon début de match, les Françaises ont finalement cédé sous les coups de butoirs des joueuses hongroises portées par leur public dans une Duna Arena entièrement acquise à leur cause (16-3). Pour autant, Audrey Daule, 28 ans, et ses compatriotes n’ont jamais baissé les bras. Les Bleues s’inclinent donc en quart de final, mais l’objectif est atteint : se qualifier pour le TQO de Trieste (8-15 mars). Jeudi prochain (23 janvier), les Françaises auront l’opportunité de décrocher, cette fois, un ticket pour le championnat du monde 2021.

Audrey, que retiens-tu de ce quart de final ?

Nous étions hyper motivées en début de match. On avait vraiment à cœur de leur tenir tête et de ne pas encaisser trop de buts rapidement. Nous étions bien en place, mais on a fini par prendre l’eau dans le troisième quart-temps (5-0). Après, forcément, tout devient plus compliqué. C’est dommage parce qu’on a quand même fait de bonnes choses.

On savait que ce serait difficile résister aux Hongroises qui évoluaient devant leurs supporters.

C’est sûr qu’on s’attendait à une grosse ambiance. A ce niveau, nous n’avons pas été déçues. C’est juste dommage de résister pendant deux quart-temps et de lâcher prise en fin de troisième.

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

Au-delà du score, il y a tout de même du positif.

Oui, bien sûr, mais on voit bien que nous ne sommes pas encore au niveau. Maintenant, il va falloir se focaliser sur le prochain match (jeudi 23 janvier) car c’est lui qui nous ouvrira les portes des championnats du monde (en terminant dans le top 8 européen, les Françaises se sont assurées d’une place au TQO qui se tiendra à Trieste du 8 au 15 mars, mais si elles parviennent à entrer dans le top 6, les Bleues décrocheront leur ticket pour les Mondiaux 2021, ndlr).

Quel était l’objectif ce soir ?

Emmagasiner de l’expérience, profiter de l’ambiance et se faire plaisir en disputant un quart de final face au pays hôte.

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

Le plaisir était-il au rendez-vous ?

C’est sûr que la présentation des équipes nous a tout de suite mis dans l’ambiance. Il n’y avait pas de stress. Florian (Bruzzo, sélectionneur des Françaises) nous a bien dit avant le match que notre premier objectif était atteint (se qualifier pour le TQO du mois de mars prochain) et qu’il importait de vivre l’événement. Ce n’est pas tous les jours qu’on disputera pareil match.

Plus généralement, quel bilan tires-tu jusqu’alors de votre championnat d’Europe ?

Il y a de bonnes choses, mais il nous reste du travail pour accrocher les meilleures nations. Après, je retiens surtout que nous sommes qualifiées pour le TQO. Nous étions à Budapest pour ça, le contrat est rempli. Maintenant, il va falloir batailler à Trieste en mars prochain pour espérer se qualifier aux Jeux olympiques. Il nous reste moins de trois mois pour tout donner.

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

A l’issue de la compétition, on a le sentiment que les Bleues sont un peu coincées dans le ventre mou du classement continental.

Oui, c’est ça ! Pour aller aux Jeux, il faut qu’on franchisse un cap et qu’on parvienne à accrocher les équipes de tête.

L’épopée des garçons en 2016 constitue-t-elle une source d’inspiration ?

Complètement ! Leur qualification démontre que c’est possible. On travaille tous les jours pour disputer les Jeux olympiques.

Recueilli à Budapest par Adrien Cadot

HONGRIE – FRANCE : 16-3 (5-2, 3-1, 5-0, 3-0)

Les buteuses tricolores : Estelle Millot (1), Louise Guillet (2).

Le saviez-vous ?

L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir

À lire aussi

Partenaires Officiels