« J’ai pris de la confiance » | Fédération Française de Natation
Partager
Samedi 26 Septembre 2020 - 14:00

Vice-championne de France du 10 km du rendez-vous national de Jablines (77) dans le sillage d’une convaincante Océane Cassignol, la Monégasque Lisa Pou ne voulait retenir que du positif de cette première sortie de la saison 2020-2021 en région parisienne. En dépit d’un contexte sanitaire aussi pesant que contraignant, la nageuse de l’équipe de France d’eau libre se satisfait de poursuivre sa progression et d’emmagasiner de l’expérience.

Que retiens-tu de ce 10 km ?

Honnêtement, j’ai pris le départ sans avoir établi de stratégie particulière. Rapidement, je me suis rendu compte que le vent soufflait fort alors je me suis amusée à jouer avec…

Comment ça ?

J’ai accéléré à plusieurs reprises pour essayer de créer des cassures et voir les filles qui étaient capables de tenir. Il y avait des vagues et comme j’aime ça, j’ai essayé de me faire plaisir (sourire)

(Photo : KMSP/Stéphane Kempinaire)

Quels enseignements tires-tu de ce rendez-vous national ?

J’ai la sensation d’avoir pris de la confiance par rapport aux éditions précédentes. Disons que je me sens plus à l’aise ! J’ai le sentiment de maîtriser un peu mieux mon sujet. Aujourd’hui, par exemple, je ne pensais vraiment pas être capable de suivre les filles de tête aussi longtemps…

Quasiment jusqu’au sprint final.

Oui, alors que dès le deuxième tour, je commençais à trouver la course difficile. Donc oui, j’ai bien tenu ! Je suis satisfaite d’avoir résisté aussi longtemps.

(Photo : KMSP/Stéphane Kempinaire)

De quelle manière gères-tu la période particulière que nous traversons actuellement ?

C’est vrai que c’est délicat ! Il faut s’adapter pour trouver des solutions. A titre personnel, j’ai réussi à disputer, cet été, deux étapes de coupe de France, mais c’est vrai qu’en arrivant à Jablines, je ne savais pas trop où j’en étais. En même temps, je n’oublie que les nageurs de bassin n’ont pour l’instant eu aucune compétition. On n’a donc pas le droit de se plaindre. C’est compliqué pour tout le monde. Il faut faire avec cette contrainte.

Quels sont tes objectifs cette saison ?

Là encore, il est difficile de vous répondre… Compte-tenu des incertitudes qui pèsent, il n’est pas évident de se projeter. Il y aura bien sûr les championnats d’Europe de Budapest l’année prochaine et d’ici-là quelques stages de préparation, mais pour le reste… franchement, je ne sais pas (sourire)

Recueilli à Jablines par Adrien Cadot

Le saviez-vous ?

Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN

À lire aussi

Partenaires Officiels