Maxime Grousset : « Le plus beau moment de ma carrière » | Fédération Française de Natation
Partager
Mercredi 22 Juin 2022 - 18:00

L’espace de quarante-sept secondes, ils se sont rendus coup pour coup. « Ils », ce sont le Roumain David Popovici (déjà sacré sur 200 m nage libre, ndlr), le Canadien Joshua Liendo Edwards et le Français Maxime Grousset. A l’issue d’une bataille enragée qui les vit aborder les derniers quinze mètres du 100 m nage libre des championnats du monde de Budapest au coude à coude, la victoire est revenue au jeune Roumain de 17 ans qui devance le nageur de Michel Chrétien de six petits centièmes (47’’58 contre 47’’64). Une seconde médaille d’argent pour l’équipe de France (après celle de Marie Wattel sur 100 m papillon, ndlr), mais surtout une première distinction internationale pour le sprinteur tricolore après une convaincante quatrième place sur la distance reine aux Jeux olympiques de Tokyo, l’été dernier.

Raconte-nous ta finale ?

Je suis vraiment très content de la course que j’ai faite, même si je pense que je peux faire un tout petit peu mieux. Je me suis relâché sur certains passages. Après, c’est une finale. Ce n’est vraiment pas facile d’aborder une finale de ce niveau-là. Mais voilà, j’étais présent et la prochaine fois, je le battrai (David Popovici) !

A chaud, qu’est-ce qui domine : la joie d’être deuxième ou la déception de laisser filer le titre pour six centièmes ?

Je suis un peu déçu ! Je glisse un peu sur l’arrivée. Il y a de petites erreurs, mais bon, je me dis aussi que c’est une finale et que tout aurait pu arriver. J’aurais très bien pu finir quatrième ou cinquième. Donc, franchement, je vais me satisfaire de cette médaille d’argent et on verra comment ça tournera dans deux ans à Paris (sourire)

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

Etais-tu stressé avant la finale ?

Non, pas stressé, plutôt excité (sourire)

Comment as-tu abordé les minutes avant la course et notamment le passage en chambre d’appel où, on le sait, les sprinteurs se prêtent parfois au jeu de l’intox ?

Tout le monde était concentré. On sentait que tous les huit finalistes voulaient et pouvaient gagner ce soir (mercredi 22 juin).

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

Est-ce le plus beau moment de ta carrière ?

Je pense, en effet, que c’est le plus beau moment de ma carrière. Après, j’aurais évidemment préféré être champion du monde, ça aurait été énorme, mais bon, j’avance une marche après l’autre. L’année dernière, aux Jeux de Tokyo, j’étais quatrième. Cette année, deuxième. On verra dans deux ans en espérant aller un peu plus haut (sourire)

A Budapest, Adrien Cadot

Le saviez-vous ?

L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015

À lire aussi

Partenaires Officiels