Mewen Tomac : « Sur la bonne voie » | Fédération Française de Natation
Partager
Dimanche 7 Février 2021 - 17:00

L’Amiénois Mewen Tomac est sorti de l’anonymat en août 2020 lors du Meeting des Sept Collines organisé à Rome en claquant un tonitruant 53’’29 sur 100 m dos, sa distance de prédilection. On pensait alors que le nageur de 19 ans ne ferait qu’une bouchée du temps de qualification olympique (53’’34) lors des championnats de France de Saint-Raphaël (décembre 2020). C’était sans compter avec les impondérables du haut niveau et un contexte sanitaire pour le moins pesant et anxiogène. Dans le Var, Mewen s’est contenté d’un solide 53’’46 avant de taper 53’’97 au Golden Tour de Nice (5-7 février). Il lui reste désormais deux chances de se qualifier pour les Jeux olympiques de Tokyo : au Golden Tour de  Marseille, 19-21 mars, et lors des championnats de France de Chartres qui se tiendront en juin prochain.

Quels enseignements as-tu tiré du 100 m dos que tu as disputé au Golden Tour-Camille Muffat de Nice (53’’97) ?

J’ai le sentiment d’être sur la bonne voie. A Nice, j’ai surtout travaillé mes retours de 100 m dos. Ce week-end, j’ai d’ailleurs signé un de mes meilleurs retours (27’’4), donc c’est plutôt satisfaisant. J’aurais aimé nager plus vite, mais nous sommes dans une grosse période de travail.

Espérais-tu accrocher le temps de préqualification olympique (53’’34) à Nice ?

Le plan, c’est plutôt d’essayer de le faire au Golden Tour de Marseille (19-21 mars). A Nice, il est encore un peu tôt dans la saison. Pour Marseille, je pense qu’on va relâcher un peu l’entraînement pour arriver frais, mais je ne serai pas affûté. Le but, c’est d’engranger un maximum de foncier d’ici les Euro de Budapest et les championnats de France de Chartres, en juin. On va dire qu’il me reste encore deux chances (sourire)

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

Qu’en est-il du contexte sanitaire ? Est-ce que cela te stresse ?

Non, je ne suis pas stressé, mais le contexte est un peu bizarre, de plus en plus lourd au fil des mois. A Amiens, ça ne change pas grand-chose, nous disposons même du bassin rien que pour nous, mais on sent bien que l’ambiance est morose.

As-tu le sentiment d’avoir changé de dimension depuis tes 53’’29 du meeting italien des Sept Collines (août 2020) ?

C’est sûr que je m’affirme un peu plus, mais nous sommes plusieurs dossistes à nous tirer la bourre. Avec Yohann (Ndoye Brouard), cela fait maintenant plusieurs années que nous nous challengeons. C’est important car ça nous donne envie de faire mieux à chaque fois.

(KMSP/Stéphane Kempinaire)

D’autant qu’on a vu les bienfaits de l’émulation collective avec la génération précédente de nageurs tricolores.

Oui, il est certain que la confrontation permet de hisser son niveau ! Pour l’instant, Geoffroy Mathieu est encore un peu devant nous, mais on travaille tous très dur pour le dépasser.

Recueilli à Nice par A. C.

Le saviez-vous ?

Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).

À lire aussi

Partenaires Officiels