« Décrocher l’or à Tokyo » | Fédération Française de Natation
Partager
Samedi 26 Septembre 2020 - 12:00

Vainqueur du 10 km des championnats de France de Jablines en 1h53’33’’26, Marc-Antoine Olivier, médaillé olympique de bronze il y a quatre ans aux Jeux de Rio, a malgré tout dû s’employer jusqu’au bout pour tenir à distance une jeune génération de nageurs tricolores plus affamée que jamais. En terminant devant Fares Zitouni (Vikings de Rouen), Sacha Velly (FC Laon), Jules Wallart (Dunkerque Natation) et l’expérimenté Axel Reymond (AASS Natation 95), le nageur de Philippe Lucas a non seulement confirmé son statut, mais aussi son ambition affirmée de décrocher le titre olympique à Tokyo, l’été prochain.

Marco, que retiens-tu de titre national ?

J’ai bien nagé dans le dernier tour, mais la course a été difficile ! Je n’étais pas spécialement préparé pour ce 10 km. Nous avons seulement levé le pied ces derniers jours. Il était malgré tout important d’aller chercher ce titre, de voir aussi de quelle manière j’allais pouvoir m’adapter et trouver des solutions pour finir devant en dépit de la fatigue. C’est ça l’eau libre !

Sans compter que la jeune génération commence à titiller ses illustres aînés.

Oui, ça arrive fort derrière (sourire)… Il y a du niveau. Ça fait plaisir de voir des jeunes se mêler à la lutte pour le podium. A moi, maintenant, de continuer à bosser pour rester devant.

Comment juges-tu ton niveau de performance actuel ?

En eau libre, ça répond toujours. J’ai des facilités et je me sens plutôt bien, mais c’est plus compliqué en bassin. Ce n’est pas très grave car cette année, la priorité, c’est vraiment la longue distance ! Jusqu’alors, je suis content de mes dernières sorties. Il y a encore de petites erreurs à corriger et pas mal de travail de fond à fournir, mais c’est satisfaisant dans la perspective des Jeux olympiques de Tokyo.

(Photo : KMSP/Stéphane Kempinaire)

A ce sujet, parviens-tu à rester focus sur cet objectif et, plus important encore, à occulter l’incertitude qui accompagne son organisation ?

Pour moi, ça ne change rien ! Je fais abstraction du contexte en restant focalisé sur mon objectif : décrocher la médaille d’or à Tokyo ! Ce seront mes deuxièmes Jeux alors je compte bien m’appuyer sur l’expérience des premiers à Rio pour atteindre cet objectif.

Il est cependant probable que les Jeux de Tokyo se disputent dans un contexte particulier.

Oui, ce sera forcément différent ! Nous vivons une période difficile. Comme en eau libre, il va falloir s’adapter pour trouver des solutions.

Qu’est-ce qui a le plus changé depuis 2016 ?

Le niveau s’est considérablement élevé. Quand tu vois que le champion olympique du 10 km (le Néerlandais Ferry Weertman, ndlr) est au-delà du top 5 aux championnat du monde de Yeosu (2019), c’est bien que ça nage de plus en plus vite ! Sans compter que beaucoup de nageurs de bassin viennent se mêler à la lutte pour les médailles. Ça complique les choses, mais c’est aussi stimulant. Il faut s’adapter pour trouver le moyen de continuer à progresser.

(Photo : KMSP/Stéphane Kempinaire)

A de sujet, l’émergence de l’Italien Paltrinieri te préoccupe-t-elle ?

Non, absolument pas ! Je note surtout que Paltrinieri dispose d’une solide notoriété en Italie et dans le monde. C’est un nageur que le public connaît. Donc, en venant sur l’eau libre, il apporte un éclairage médiatique. C’est aussi la preuve que la discipline séduit et qu’il y a des médailles à prendre. Pour autant, il ne gagne pas toutes les courses. C’est bien la preuve que notre sport demande de l’expérience, que la concurrence est rude et qu’elle n’est pas à la portée du premier venu.

Qu’est-ce qui sera le plus important dans les prochains mois ?

Il faudra impérativement retrouver les conditions dans lesquelles nous évoluerons aux JO de Tokyo. Il est primordial de se mettre en condition et de ne rien laisser au hasard. Il va falloir multiplier les stages en eau chaude, mais ce n’est pas évident en ce moment. Disons que le contexte sanitaire ne simplifie pas notre préparation. Peut-être faudra-t-il privilégier des îles comme la Guadeloupe ou la Martinique ?

Recueilli à Jablines par Adrien Cadot

Le saviez-vous ?

Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN

À lire aussi

Partenaires Officiels