« L’eau libre reste ma priorité » | Fédération Française de Natation
Partager
Mardi 18 Juin 2019 - 18:15

Vainqueur du 1 500 m nage libre de l’Open de France de Chartres devant Damien Joly, David Aubry s’est confié sur sa forme du moment, les raisons de son départ du stage de l’équipe de France d’eau libre en Sierra Nevada et ses ambitions pour les prochains championnats du monde d’eau libre et de natation course. 

Après ta semaine en Sierra Nevada et ton retour à Montpellier, comment te sens-tu ?

J’ai retrouvé une trop grosse forme à l’entraînement. J’ai vraiment voulu travailler cette semaine. Je le paie aujourd’hui et je suis un peu épuisé physiquement. Je suis rentré de Sierra Nevada parce que je ne me sentais pas bien là-bas. Je n’arrivais pas à nager. 

Était-ce en raison de l’altitude ?

Oui, dès que j’allais dans l’eau, j’avais les jambes coupées et ça n’allait pas. Je ne pouvais pas nager plus de 300 m parce qu’au bout de 5 m, je n’avais déjà plus de jambes. Avec Philippe (Lucas) on a préféré que je rentre pour travailler à Montpellier. Les championnats du monde approchent et c’est une échéance importante pour moi. 

Que ressentais-tu en Sierra Nevada ?

Je n’étais vraiment pas bien. Je n’arrivais pas à nager et pourtant, ceux qui me connaissent savent que j’aime nager vite à l’entraînement et m’investir à fond. En Sierra Nevada, j’étais frustré et mal dans ma peau. C’est pour cette raison que j’ai dû rentrer. Je n’aurais pas pu faire deux semaines de plus. 

D’autant que tu as retrouvé Damien Joly aux entraînements à Montpellier. 

Il y a une émulation entre nous deux. On évolue au même niveau, on dispute les mêmes épreuves. On s’entend très bien et on se tire la bourre. C’est agréable de s’entraîner avec quelqu’un de ce niveau-là. 

Photo: KMSP/Stéphane Kempinaire

Avais-tu déjà ressenti de telles difficultés à l’entraînement ?

Dans tous les stages d’altitude, j’avais des difficultés. Mais je suis devenu plus fort en compétition et à l’entraînement et Philippe m’en demande encore plus. La période de charge qu’on a eu avant la Sierra Nevada a été compliquée et je suis arrivé là-bas épuisé. J’ai subi tout au long de la semaine. 

Quelle va être la suite du programme ?

Dès jeudi on repart avec une grosse période d’entraînement pendant une semaine et demi. Ensuite, on part au Japon et je pense qu’on aura encore deux ou trois jours assez compliqués et ensuite on s’affûtera progressivement pour être en forme pour le 10 km. 

Comment abordes-tu ces Mondiaux où tu enchaîneras l’eau libre et la natation course ?

Ça ne me pose pas de problème d’enchaîner l’eau libre et la natation course. Je sais que je suis capable de ça. Je les aborde sereinement parce que je sais que j’ai travaillé tout au long de l’année et que je n’ai rien à me reprocher. Je vais arriver en Corée en étant détendu et sans me mettre de pression. Ça ne servirait à rien. J’espère que mes qualités pourront me permettre d’obtenir de bons résultats. 

Malgré tout, la priorité est bien la qualification olympique sur le 10 km.

La première étape, ce sera de décrocher ma qualification pour les Jeux Olympiques sur le 10 km. J’aimerais bien remporter une médaille sur ce 10 km. En bassin, j’aimerais aussi me prouver que je suis capable de nager très vite avec des nageurs de niveau mondial. L’eau libre reste la priorité cette année et c’est bien que ce soit avant la natation course. Si j’arrive à décrocher ma qualification olympique sur le 10 km, j’aborderais la natation course plus sereinement et sans pression. Je me sens capable de réaliser de belles choses dans les deux disciplines. 

Recueilli à Chartres par J. C. 

Actualités

Le saviez-vous ?

La FINA inaugure les épreuves des duos mixtes en natation synchronisée lors des championnats du monde de 2015 à Kazan.
Les championnats du monde de Barcelone en 2013 sont les premiers à avoir accueilli des épreuves de High Diving
L’eau libre a fait son apparition aux J.O. en 2008. Seul le 10 km figure, au programme de la plus grande compétition planétaire
Jean Boiteux a remporté le premier titre olympique de la natation française aux Jeux d’Helsinki de 1952  avec 400 m nage libre en 4’30’’07
Le water-polo a été le premier sport collectif français champion olympique à Paris en 1924. Les Bleus ont battu la Belgique en finale (3-0).
Le plongeon a intégré le programme olympique dès les Jeux Saint-Louis en 1904
12,7 millions de français pratiquent la natation en loisir
Environ, 6 400 bassins existent en France, 650 bassins sont certifiés FFN
Le plongeon tricolore n’a ramené qu’une médaille olympique. C’était Mady Moreau en 1952 à Helsinki, qui a terminé deuxième du tremplin à 3 m
Les relais mixtes apparaissent pour la 1ère fois en compétition officielle lors des champ. d’Europe de Chartres en petit bassin (2012)
Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 sont les premiers depuis Munich en 1972 à se dérouler sans aucun boycott.
Les premiers championnats du monde de natation se sont disputés en 1973 à Belgrade
Pour la première fois il y aura une épreuve de duo mixte en natation synchronisée aux championnats du Monde 2015

À lire aussi

Partenaires Officiels